Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Selon Greenpeace, il y a, en Mayenne, 90 fermes-usines : deux syndicats agricoles sont ulcérés

mercredi 28 novembre 2018 à 16:10 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs dénoncent la nouvelle campagne de Greenpeace sur les fermes-usines, symboles de l'élevage industriel et intensif selon l'organisation écologiste.

illustration élevage de porcs
illustration élevage de porcs © AFP - © DAMIEN MEYER / AFP

Le Pas, France

"Y a-t-il des fermes-usines près de chez vous ?", c'est le nom, sous forme interrogative, de la nouvelle campagne de Greenpeace qui publie, sur son site, la liste des élevages que l'association écologiste considère comme nuisibles à l'environnement et à la santé. 

"Peu de régions sont épargnées par les fermes-usines : _elles sont présentes dans 90% des départements français_. A partir d’une base de données du ministère de la Transition écologique et solidaire, nous avons recensé sur le territoire français 4 413 fermes-usines réparties dans 2 340 communes" souligne Greenpeace qui en comptabilise 90 en Mayenne. Ce sont des élevages de porcs et de volailles qui sont ici ciblés. 

Les syndicats d'agriculteurs dénoncent un harcèlement inadmissible

La réaction de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de la Mayenne n'a pas tardé. Dans un communiqué, les deux syndicats agricoles dénoncent cette campagne et les pratiques de l'organisation "insupportables et d'une extrême violence qui font écho aux intrusions incessantes de la part d'associations anti-viande. Un harcèlement qui n'est plus admissible". 

La FDSEA et les JA montent au front pour défendre les agriculteurs visés : "des élevages qui respectent le cadre réglementaire des installations classées. Ce sont des femmes, des hommes et leurs enfants qui sont pointés du doigt et stigmatisés"

Les syndicats agricoles en appellent aux élus du département afin, notamment, de relancer la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire sur ces associations pour savoir qui les finance et qui les dirige.