Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

"Solidarité fourrage" : la Confédération paysanne de Côte-d'Or va livrer paille et foin aux départements voisins

mercredi 10 octobre 2018 à 18:17 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne et France Bleu Besançon

En Bourgogne-Franche-Comté, alors que les prix flambent, les éleveurs se ruinent en achetant du foin pour nourrir leurs troupeaux. Pour leur venir en aide et se substituer aux pouvoirs publics "défaillants" selon la Conf'. En Côte-d'Or le syndicat agricole lance son opération "Solidarité Fourrage".

Emmanuelle Girardin éleveuse de chèvres dans le Jura était en manque de fourrage
Emmanuelle Girardin éleveuse de chèvres dans le Jura était en manque de fourrage - DR

Beurizot, France

La Confédération paysanne lance son opération "solidarité fourrage" en Bourgogne-Franche-Comté. Il s'agit de venir en aide aux agriculteurs frappés de plein fouet par la sécheresse. Depuis trois mois leurs pâtures sont totalement grillées. Ils sont obligés de nourrir leurs bêtes avec les stocks de foin prévus pour cet hiver. Cela coûte cher d'autant que sur le marché le prix du fourrage explose. 

Dans les départements les préfets ont été saisis -explique la Confédération Paysanne dans un communiqué- pour la reconnaissance de la sécheresse en tant que calamité agricole. 

Émilie Jeannin de la Confédération Paysanne de Côte-d'Or va fournir de la paille à des éleveurs en galère - Aucun(e)
Émilie Jeannin de la Confédération Paysanne de Côte-d'Or va fournir de la paille à des éleveurs en galère - Capture FaceBook

En attendant la Confédération paysanne a décidé de mettre en relation les paysans les plus durement touchés et ceux qui ont réussis à mettre du fourrage de côté. C'est ainsi qu'une centaine de tonnes de paille et de foin vont être acheminées de la Côte-d'Or vers la Saône-et-Loire et le Jura. Émilie Jeannin, membre de la Confédération de Côte-d'Or est éleveuse à Beurizot près de Pouilly-en-Auxois, elle va fournir de la paille et du foin. 

"Chez nous à la ferme de Lignières, trois camions vont partir avec 60 ou 66 tonnes de foin. Deux autres camions partiront de chez deux autres collègues, dont l'une est basée  à Dompierre-en-Montagne, en tout cela fera 5 camions qui vont quitter la Côte-d'Or pour alimenter des collègues en souffrance. Cela représente à peu près 100 tonnes. Ce n'est pas grand chose, c'est même tout petit, mais on se dit que c'est déjà mieux que rien" conclut Émilie Jeannin.  

Émilie Jeannin va fournir de la paille à des éleveurs du Jura et de Saône-et-Loire et elle n'est pas la seule. En tout les Côtes-d'Oriens vont "exporter" une centaine de tonnes pour la bonne cause.

A la ferme de Lignières à Beurizot près de Pouilly-en-Auxois on a un peu de stock de fourrage - Aucun(e)
A la ferme de Lignières à Beurizot près de Pouilly-en-Auxois on a un peu de stock de fourrage - Capture FaceBook

Emmanuelle Girardin, éleveuse de chèvres à Sain-Lupicin dans le Jura, est l'une des bénéficiaire de ce foin. Elle attend avec impatience ces camions venus de Côte-d'Or. Ce fourrage que va lui fournir Émilie Jeannin devrait arriver dans les 15 jours

Emmanuelle Girardin a l'habitude de se fournir en fourrage. Normalement c'est plutôt dans son entourage qu'elle achète cet aliment de base pour ses bêtes. Mais cette année c'était très compliqué. 

"J'avais réservé chez un revendeur local. Il m'avait annoncé un prix: 160 euros la tonne. Cela m'allait très bien vu la conjoncture actuelle. Il devait me livrer 15 tonnes. Mais pour finir on s'est arrêté à 4 tonnes parce qu'au lieu de me les facturer à 160 euros il voulait me faire payer 240 euros la tonne! Je lui ai donc dit "stop arrêtez tout" ce n'est plus la peine de me livrer car je ne pourrais plus vous payer". 

Le témoignage d'Emmanuelle Girardin, l'une des bénéficiaires. Cette éleveuse caprine est installée dans le Jura.

Dépitée Emmanuelle a remué ciel et terre pour trouver du fourrage. Elle a même poussé ses recherches jusqu'en Gironde où elle était à deux doigts de se fournir en luzerne aux vues des tarifs plus avantageux que dans le Grand-Est ! 

Elle a finalement abandonné cette piste effrayé de l'impact écologique d'un tel transport. C'est pourquoi elle s'est retournée vers son syndicat, la Confédération Paysanne, qui l'a mise en rapport avec Émilie Jeannin. 

"On a pris 20 tonnes chez Émilie ça va nous permettre de passer l'hiver tranquille." 

Laurent Pinatel (illustration) - Maxppp
Laurent Pinatel (illustration) © Maxppp - FRED DOUCHET

Mais cette sécheresse ne fait pas que des malheureux déplore Laurent Pinatel, porte parole national de la Confédération Paysanne. "La paille qui d'habitude se vend aux alentours de 70 euros se négocie aujourd'hui à près de 140 euros. Le foin, lui, a presque doublé. Il y a une raréfaction du fourrage mais il y a aussi des gens qui spéculent de façon assez honteuse

Cette opération "solidarité fourrage" a finalement aussi pour but de moraliser un peu le marché. La semaine dernière nous avons rencontré le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, pour lui dire que c'est à l'État d'organiser ce genre de choses. Ce n'est pas aux paysans à s'organiser entre eux. L'État doit faire en sorte de mettre un frein à la spéculation." 

Laurent Pinatel, porte-parole national de la Confédération Paysanne tacle les "spéculateurs" et les pouvoirs publics, "pas à la hauteur de la situation" explique-t-il.

La solidarité s'organise, les premiers camions de paille vont bientôt quitter la Côte-d'Or!  - Maxppp
La solidarité s'organise, les premiers camions de paille vont bientôt quitter la Côte-d'Or! © Maxppp - Christian Watier

Les premiers convois de paille et de foin devraient partir de la ferme de Lignières -la ferme d'Émilie Jeannin- la semaine prochaine sûrement dès lundi 15 octobre 2018. Le fourrage Côte-d'Orien sera vendu 100 euros la tonne c'est à dire à prix coûtant. Et très en deça des cours actuel du marché. "Même en rajoutant le prix du transport on arrive pas au prix qui sont pratiqués chez moi dans le Jura" commente Emmanuelle Girardin. 

Début octobre la Confédération Paysanne avait déjà interpellé -dit-elle- le ministre de l'agriculture pour lui demander "de compléter les mesures annoncées par l'Etat sur la sécheresse et afin qu'il mette toute son énergie dans la recherche de fourrage dans les autres pays Européens et empêcher la flambée des prix".

Notre reporter explique que cette paille et ce foin ne seront pas donnés mais vendus à prix "coûtant"

100 tonnes de fourrage vont être vendus à des agriculteurs de départements voisins, ce n'est pas beaucoup...

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla