Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Suspicion de grippe aviaire : 1.400 canards abattus à Saint-Jean-de-Lier

-
Par , France Bleu Gascogne
Landes, France

Des traces de virus H5 ont été détectées dans un élevage de Saint-Jean-de-Lier, dans les Landes, en milieu de semaine. Les analyses réalisées depuis n'ont pas permis d'établir la virulence de ce virus de grippe aviaire. Par précaution, les 1.400 canards ont été abattus ce samedi.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

Les 1.400 canards d'un élevage de Saint-Jean-de-Lier, entre Tartas et Pontonx-sur-l'Adour, ont été abattus ce samedi matin. Le virus H5 a été détecté le 20 décembre et les analyses réalisées depuis n'ont pas permis de "caractériser sa virulence" dit le communiqué de la Préfecture des Landes. Le principe de précaution a donc été appliqué.

La suspicion de grippe aviaire est née d'un contrôle réalisé avant le transport de ces canards, de leur élevage vers un atelier de gavage, comme l'exige la surveillance renforcée des palmipèdes en vigueur depuis le 1er décembre et jusqu'au 15 janvier 2018. C'est la première suspicion du genre dans les Landes depuis trois semaines et la systématisation de ces contrôles. 

Un abattage préventif

Les premiers prélèvements réalisés immédiatement après ce contrôle anormal ont mis en évidence la présence du virus H5, mais n'ont pas permis de spécifier sa virulence. De nouvelles analyses ont donc été réalisées, mais "elles n'ont pas apporté d'informations complémentaires sur cette virulence", soulignent les services de l'État.

Dans le doute, la direction générale de l'alimentation a préféré ne pas prendre de risque et demander l'abattage de tous les canards de l'élevage. "Il se passait quelque chose dans ce troupeau et on ne voulait pas que ça interfère avec les autres canards", explique Christophe Debove, directeur de la DDCSPP (direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations) des Landes. 

À l'issue de cet abattage, la zone de contrôle temporaire est recentrée sur les deux communes de Saint-Jean-de-Lier et Vic-d'Auribat. Les restrictions de transport ne concernent donc plus que ce secteur. Il était appliqué à 16 communes depuis la détection du virus, en milieu de semaine.

Au début du mois de décembre, le virus de la grippe aviaire avait déjà été repéré dans le Lot-et-Garonne, à Monbahus, près de Marmande. Là, les analyses avaient permis d'identifier une souche H5N3, faiblement pathogène. Seule une partie du troupeau avait été abattue et la viande commercialisée puisque considérée comme sans danger.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess