Agriculture – Pêche

Stéphane Le Foll et Xavier Beulin en visite à Reims

Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne jeudi 28 janvier 2016 à 10:55

Stéphane Le Foll, parfois hué lors du sommet du végétal à Reims
Stéphane Le Foll, parfois hué lors du sommet du végétal à Reims © Radio France - Renaud Biondi-Maugey

En pleine crise de l'élevage, le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll, se rend au sommet du végétal au centre des congrès de Reims. Il y croisera le président de la FNSEA, Xavier Beulin, particulièrement remonté contre le gouvernement, qui selon lui ne fait rien pour les agriculteurs.

Après l'ouest de la France, le mouvement de colère des agriculteurs a gagné le département des Ardennes mercredi 27 janvier. Une quarantaine d'éleveurs se sont installés au rond-point du Piquet, à une dizaine de kilomètres au sud de Rocroi et ont mis en place un barrage filtrant, provoquant des perturbations de la circulation. Ils y sont restés une bonne partie de la journée, pour réclamer au gouvernement des mesures pour sortir de la crise qui frappe leur profession depuis depuis plusieurs années.

"On ne veut plus d'aides financières, mais des mesures structurelles" - Xavier Beulin, FNSEA

Porcs, bovins, canards, dès le début de la semaine le gouvernement a débloqué une rallonge de 290 millions d'euros de soutien à l'élevage et hier, le ministre de l'agriculture a annoncé une nouvelle enveloppe de 125 millions d'euros. Des aides que les agriculteurs considèrent comme des "rustines" : "Les paysans n'en veulent plus parce que ce qu'ils veulent, c'est vivre de leur métier. Ils travaillent dur, ne sont pas au 35h, respectent des normes de plus en plus strictes", insiste Xavier Beulin, président du syndicat agricole FNSEA.

Son syndicat réclame des mesures structurelles, concernant d'abord l'embargo russe, qui empêche les agriculteurs français d'exporter de la viande ou des légumes "La Russie c'est plus de 10% des exportations agricoles de l'Europe", explique Xavier Beulin. Des mesures concernant ensuite l'étiquetage des produits dans les magasins "Ce gouvernement ne nous apporte aucune réponse sur ce sujet, poursuit Xavier Beulin, et les agriculteurs commencent à se demander à quoi ils servent et si ce pays veut toujours une agriculture puissante". Et il dénonce le "toujours plus" demandé aux agriculteurs français: plus de normes, plus de réglementations, alors que les prix, eux sont mondiaux.

Xavier beulin, président de la FNSEA

A l'approche du salon de l'agriculture, qui se tiendra du 27 février au 6 mars, à Paris, les agriculteurs promettent de continuer leur combat et Xavier Beulin prévient : "Les politiques qui viendront doivent savoir qu'il ne faudra pas se contenter de caresser le cul des vaches, mais qu'il faudra aussi s'engager".