Agriculture – Pêche

Stéphane Le Foll sur la grippe aviaire : "l'Etat sera là pour les compensations"

Par Olivier Uguen, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Limousin, France Bleu Pays Basque, France Bleu Périgord et France Bleu Toulouse vendredi 15 janvier 2016 à 16:24

Stéphane Le Foll
Stéphane Le Foll © Maxppp

"On a pris cette décision parce qu'on ne peut pas laisser la situation perdurer", s'est justifié Stéphane Le Foll, en visite ce vendredi en Gironde, au lendemain de l'annonce du plan d'éradication de l'épizootie de grippe aviaire dans le sud-ouest.

En visite ce vendredi en Gironde aux côtés du Premier ministre Manuel Valls pour l'inauguration d'une usine Lesieur à Bassens, Stéphane Le Foll est revenu sur les mesures drastiques prises ce jeudi pour endiguer la grippe aviaire dans le sud-ouest. 

Le ministre de l'Agriculture a assuré les professionnels concernés par le plan d'éradication de l'épizootie du soutien de l'Etat pour surmonter ces "mesures difficiles", soulignant que ne rien faire serait encore plus risqué pour la filière.

"On a pris cette décision parce qu'on ne peut pas laisser la situation perdurer avec un virus qui a plusieurs souches (...). Il faut qu'on agisse de manière déterminée et ferme", s'est-il justifié. "L'Etat sera là pour les compensations", a-t-il assuré.

Stéphane Le Foll sur la grippe aviaire : "L'Etat sera là pour les compensations"

"Je vais fixer un rendez-vous avec l'ensemble des professionnels d'ici 10 jours"

"Je le dis, les pouvoirs publics sont et seront au rendez-vous", a poursuivi le ministre de l'Agriculture. "Je vais fixer un rendez-vous avec l'ensemble des professionnels d'ici 10 jours", explique-t-il au micro de Stéphanie Brossard.

"Je le rappelle : si vous ne prenez pas de décisions, cette situation conduira de toutes façons à des difficultés économiques majeures. Et moi je ne veux pas mettre cette grande filière avicole qui est en plein redressement, qui a des volontés d'investissement, en difficulté".

Stéphane Le Foll : "Les pouvoirs publics seront au rendez-vous"

Les mesures prises ce jeudi à l'issue du Conseil national d'orientation de la politique sanitaire animale et végétale sont une première en France. Pour endiguer l'épizootie, les élevages d'oies et de canards de la zone vont devoir geler leur production pendant plusieurs mois à compter de la mi-avril.

Selon le CIFOG (Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras), l'impact économique du plan d'éradication de la grippe aviaire est estimé entre 250 et 300 millions d'euros. 

Au total, 69 foyers ont été détectés dans des élevages dans huit départements du sud-ouest : la Dordogne (13 cas), les Landes (28), la Haute-Vienne (1), le Gers (10), les Pyrénées-Atlantiques (12), les Hautes-Pyrénées (3), le Lot (1) et la Haute-Garonne (1).

CARTE - Découvrez les foyers détectés sur notre carte intéractive. Zoomez dans la carte et cliquez sur les points oranges pour en savoir plus (communes concernées, date, élevage).

A LIRE AUSSI

► Grippe aviaire : pourquoi les élevages de canards et d'oies doivent-ils se vider d'ici avril ?

► Grippe aviaire : il n'y aura plus de canards ni d'oies dans le sud-ouest d'ici quatre mois

L'Europe salue les mesures drastiques et participera au plan d'aide aux éleveurs

Partager sur :