Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

"Stop à l'agribashing", une convention pour protéger les éleveurs drômois des actes malveillants

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

"Stop à l'agribashing", tel est le message lancé par la préfecture et les gendarmes de la Drôme. Ce 2 octobre, ils ont signé une convention avec les organisations d'exploitants agricoles pour renforcer la protection des éleveurs face aux vols, destructions et intrusions qu'ils subissent.

La convention a été signée ce 2 octobre à Allex.
La convention a été signée ce 2 octobre à Allex. © Radio France - Claire Leys

Allex, France

Le lieu de la rencontre n'a rien d'anodin. La convention est signée à Allex, dans l'exploitation des frères Barbeyer. En mars dernier, ils ont été victimes d'une intrusion de DxE, une association de défense des animaux. Les militants ont filmé des lapins morts, qui étaient malades. "J'ai mis un mois à m'en remettre, lâche Philippe Barbeyer. Aujourd'hui on ferme tout à clé, et pourtant on voudrait bien faire visiter notre exploitation aux citoyens,  est fier de notre travail.... Mais les intrusions, c'est inacceptable." 

Les actes malveillants, comme les vols de produits phytosanitaires ou les dégradations de parcelles ne datent pas d'hier. Mais "l'agribashing" lui s'intensifie depuis quelques mois selon Christophe Deshayes, commandant du groupement de gendarmerie de la Drôme. "L'idée c'est de  faire de la prévention pour dissuader les personnes malintentionnées, notamment en patrouillant davantage autour des exploitations"

Des alertes par SMS

Pour endiguer ce phénomène, l'Etat propose un nouveau dispositif de protection, baptisé "Vigi Agri 26". Des alertes par SMS seront envoyées aux exploitants en cas de délit commis sur le territoire, afin d'attirer leur vigilance. Ils pourront joindre les gendarmes sur un numéro dédié, 24h/24. Les agriculteurs pourront également porter plainte rapidement en ligne

Pour Hugues Moutouh, préfet de la Drôme, cette convention est une manière de faire face au "terrorisme antispéciste" qui sévit dans le département. Les exploitants devront débourser 24 euros pour en bénéficier, pendant deux ans. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu