Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sud-Ardèche : une coopérative pour racheter les terres viticoles

vendredi 13 juillet 2018 à 2:45 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche

Les vignerons ardéchois estiment qu'en seulement trois ans, ils ont perdu près de 500 hectares de vigne. Pour éviter d'en perdre plus, ils mettent leurs espoirs dans une société coopérative qui va permettre de racheter des terres pour y installer de nouveaux vignerons.

La déprise foncière inquiète les vignerons ardéchois
La déprise foncière inquiète les vignerons ardéchois - J.F Arnaud

Ruoms, France

Le constat est inquiétant. Si rien n'est fait, la coopérative des vignerons ardéchois pourraient perdre 900 hectares d'ici cinq ans. il faut dire aussi que l'âge des vignerons est plutôt élevé. 62% des coopérants a plus de 55 ans. Certains d'entre eux transmettent l'exploitation à leurs enfants, mais d'autres n'exploitent plus, gardent leur foncier ou le vendent pour en faire tout autre chose.   

Une société coopérative d'intérêt collectif

L'idée pour maîtriser un peu mieux le foncier a donc été de créer une société coopérative. Elle va permettre de racheter des terres pour y installer de nouveaux vignerons. Ces nouveaux vignerons pourraient ainsi exploiter des vignes sous la forme du fermage, puis dans un deuxième temps acquérir ces terres.  

Un financement participatif

Les vignerons ardéchois font appel à des entreprises mais comptent surtout sur le grand public pour financer ces acquisitions. Il ne s'agit pas de don mais d'un investissement dans cette société coopérative. Outre la déduction fiscale de 25% cette année, il y a des rencontres avec les vignerons, le suivi de la fabrication du vin. Mais la principale motivation selon Magalie Bayle, consultante auprès des coopératives c'est le sentiment de participer au maintien du patrimoine viticole français.