Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Suspension du centre d'engraissement surnommé "ferme des 1.000 veaux"

vendredi 29 juillet 2016 à 16:11 Par Audrey Tison, France Bleu Creuse, France Bleu Limousin et France Bleu

Le tribunal administratif de Limoges suspend en urgence le fonctionnement du centre d'engraissement de Saint-Martial-le-Vieux, sur le plateau de Millevaches (Creuse), sur demande de l'association de protection des animaux L-PEA. L'affaire devra encore être jugée sur le fond.

Les militants de la protection animale avaient notamment manifesté devant la préfecture en mai
Les militants de la protection animale avaient notamment manifesté devant la préfecture en mai © Radio France - Valérie Mosnier

Saint-Martial-le-Vieux, France

Après deux ans de combat,  c'est une immense victoire pour les opposants au centre d'engraissement de Saint-Martial-le-Vieux, le projet de ferme dite "des 1 000 veaux" est suspendu, car le centre n'a pas ouvert dans les 3 ans impartis. Le juge des référés a rendu sa décision ce vendredi, après avoir examiné l'affaire jeudi.

Le tribunal administratif de Limoges demande au préfet de la Creuse de constater la caducité de l'autorisation d'exploitation dans les huit jours. Toute activité future sur les lieux sera illégale et les quelques veaux déjà installés devront être retirés, en attendant que la justice tranche sur le fond c'est à dire d'ici un an et demi.

Voici la décision du juge des référés du tribunal administratif de Limoges :

  • La décision implicite de rejet du préfet de la Creuse en date du 4 juillet est suspendue

  • Il est enjoint au préfet de la Creuse de constater la caducité de l'arreté préfectoral du 8 janvier 2013, jusqu'à ce qu'il ait été statué sur la requête en annulation de l'association L-PEA.