Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tensions avec Jersey : les poissonniers granvillais à "1000%" derrière les pêcheurs

La commission pêche du Parlement européen reprend ses travaux ce lundi. Il doit notamment être question de l'accord post-Brexit, et de la situation à Jersey, quelques jours après la mobilisation des pêcheurs au large de l'île anglo-normande. Au-delà des pêcheurs, c'est la filière qui s'interroge.

Les pêcheurs granvillais "ne méritent pas qu'on leur limite autant leurs zones de pêche, alors qu'ils ont toujours travaillé dans ces eaux là", commente une poissonnière granvillaise
Les pêcheurs granvillais "ne méritent pas qu'on leur limite autant leurs zones de pêche, alors qu'ils ont toujours travaillé dans ces eaux là", commente une poissonnière granvillaise © Radio France - Pierre Coquelin

"Maintenant, la balle est dans le camp des politiques et des diplomates". Sur le marché de Granville, un pêcheur vend ses produits en direct. Sur son étal, des araignées. Il n'était pas au large de Jersey jeudi dernier, parmi la soixantaine de navires normands et bretons mobilisés pour l'accès aux eaux de l'île anglo-normande. Ces eaux, ça représente "70% du chiffre d'affaires" de ce pêcheur. Et sa crainte, c'est que l'autorisation d'accès ne soit pas renouvelée d'ici le 30 juin prochain pour son bateau de moins de 12 mètres. 

Des pêcheurs dans l'attente et le flou. Mais plus globalement, c'est la filière qui se pose des questions sur les mois à venir. Alors, on se serre les coudes. "On est assez attristés par ce qui se passe pour nos pêcheurs granvillais car ce sont de gros travailleurs. Ils ne méritent pas qu'on leur limite autant leurs zones de pêche, alors qu'ils ont toujours travaillé dans ces eaux là. Les pêcheurs de Jersey viennent dans nos eaux et ça ne pose pas de problème. On les soutient à 1000%", explique Léa, de la poissonnerie Frésil à Granville. 

Ils ont raison de se battre car c'est leur métier qu'ils doivent sauver - Léa, poissonnière à Granville

"Quand on voit qu'il y a des bateaux qui ont le droit à onze jours de pêche seulement, d'autre 23 dans les zones anglaises. ça ne représente rien pour une saison, par exemple pour la coquille", ajoute Léa. La poissonnière s'interroge sur l'impact que la situation pourrait avoir, si les pêcheurs locaux n'obtiennent pas gain de cause. Dans ce cas, "je pense que l'effet, on risque de ne l'avoir que dans six mois environ pour les ventes sous la criée. Pour le moment, difficile à dire", explique la jeune femme. La crainte, sans l'accès aux eaux de Jersey, c'est aussi de voir plus de bateaux sur un espace plus réduit. 

Tourteaux, homards, coquilles Saint-Jacques

La Manche, où se trouvent les îles anglo-normandes et notamment Jersey, est une zone de transition entre l'océan Atlantique et la mer du Nord et constitue une "succession d'habitats spécifiques" pour certaines espèces, selon l'Ifremer. On y trouve des bulots, des gros crustacés comme le tourteau, le homard ou l'araignée de mer, des céphalopodes comme la seiche, et un certain nombre de poissons, comme la raie, la sole, la daurade grise. Parmi les espèces les plus convoitées, la coquille Saint-Jacques.

Le risque, c'est de voir des produits plus rares sur les étals. "Le tourteau XXL, même le homard", note Louis Gabriel, chez "Au petit mareyeur" sur le port de Granville. Et si les produits sont plus rares, "ça entraînera forcément une hausse des prix et un approvisionnement plus faible", précise Louis Gabriel. 

La commission pêche du Parlement européen doit se réunir ce lundi pour aborder la question des accords post-Brexit. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess