Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Tilly Sabco : délai supplémentaire pour déposer une offre de reprise

mardi 4 octobre 2016 à 16:20 Par Anne Tréguer, France Bleu Breizh Izel

Ce midi, un seul repreneur s'est manifesté pour poursuivre l'activité de l'abattoir de volailles de Guerlesquin (Finistère). Il s'agit de LDC mais l'administrateur judiciaire a décidé d'accorder un délai supplémentaire de 15 jours.

L'abattoir Tilly-Sabco à Guerlesquin
L'abattoir Tilly-Sabco à Guerlesquin © Radio France - Valérie Le Nigen

Finistère, France

LDC est la seule entreprise à s'être manifestée pour reprendre l'abattoir de volailles Tilly-Sabco. Dans son offre, elle propose de reprendre une petite partie de l'activité avec seulement huit salariés sur les 196 employés actuels. LDC a précisé qu'elle les ferait travailler sur son site de Saint-Agathon et non sur celui de Guerlesquin. Ce dernier ne l'intéresserait pas.

Le groupe agroalimentaire propose également de reclasser 42 salariés dans plusieurs de ses sites, le plus proche se trouvant à plus de soixante kilomètres de Guerlesquin. Une offre de reprise "inacceptable" pour les salariés de l'entreprise finistérienne. Ils disent en avoir "ras-le-bol".

L'administrateur judiciaire annonce un nouveau délai

Les éventuels repreneurs ont jusqu'au 17 octobre pour déposer un dossier. Tilly-Sabco est en redressement judiciaire depuis la fin du mois de juillet. "On va attendre pour se donner un maximum de chances pour qu'il y ait le plus d'emplois sauvés" expliquent les salariés.