Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDÉO - Tourisme alternatif : le "woofing" gagne du terrain dans l'Hérault

-
Par , France Bleu Hérault

Partir en vacances et donner un coup de main à son hôte, c'est ce que propose le "woofing". Une forme de tourisme éco-responsable qui séduit de nombreux jeunes, mais pas que, à travers le monde. Certains ont choisi l'Hérault cet été.

François et Jane ont passé cinq semaines ensemble, à Lansargues
François et Jane ont passé cinq semaines ensemble, à Lansargues © Radio France - Bertrand Queneutte

Lansargues, France

Connaissez vous le "woofing" ? Encore confidentiel mais bien connu des jeunes, notamment, il s'agit d'une nouvelle forme de tourisme. Le principe : donner quelques heures de sont temps pour travailler dans une exploitation agricole. En échange de quoi, vous êtes nourri et logé. La règle : pas d'échange d'argent, juste de bons procédés. Et une expérience souvent riche, pour tout le monde. 

Quand le visiteur ne travaille pas, vacances et visites de la région dans laquelle il se rend sont au programme. Il est d'ailleurs libre de déterminer le nombre de d'heures durant lesquelles il souhaite collaborer avec l'agriculteur. En France, plusieurs centaines d'exploitations accueillent ainsi des "woofers" chaque année.  

Parmi elles : l'Enclos de la croix, situé à Lansargues dans l'Hérault.  Sur les conseils de ses enfants, François Frézoul pratique le "woofing" depuis deux ans. À la tête d'un superbe domaine, ce viticulteur refuse beaucoup de demandes, car il souhaite accueillir "dans de bonnes conditions".  Ainsi, il déjà reçu "une vingtaine de woofers", dont beaucoup d'étrangers. Dernièrement, une jeune Irlandaise âgée de vingt ans et venue de Dublin pour parfaire son français. Jusque là, il n'a connu "que de bonnes expériences", raconte-t-il. 

Reportage de Bertrand Queneutte 

Reportage de Bertrand Queneutte - France Bleu

Jane, Irlandaise âgée de 20 ans, vient de passer cinq semaines chez Francois Frezouls, viticulteur à Lansargues :