Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Tout est bon dans l'huitre de Bouzigues, même la coquille !

samedi 4 mars 2017 à 9:14 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Hérault

Les ostréiculteurs du bassin de Thau ont été les premiers à valoriser les coquilles d’huîtres et de moules, il y a plus de vingt ans. Les nouvelles pistes étudiées sont prometteuses pour la filière.

© Radio France - Sylvie Duchesne

Étang de Thau, Hérault, France

On a tous en tête cette scène du " Père Noël est une ordure" où Zézette demande à Pierre et Thérèse de récupérer les coquilles d'huitres pour en faire des cendriers !

Dans le bassin de Thau, ça fait plus de vingt ans que les conchyliculteurs ont mis en place une filière de collecte et de traitement de ces déchets conchylicoles. Ils étaient avant , rejetés à l'eau, ce qui raréfiait l'oxygène. Depuis 2OOO, c'est une usine, implantée sur le port du Mourre Blanc à Mèze qui traite ces coquilles.

Envoyées jusqu'ici dans une carrière de Béziers, elles vont dans quelques semaines être acheminées vers la carrière de Poussan, plus proche. Elles serviront de remblais pour recréer un flanc de colline.

" Elles vont venir compléter nos besoins en matériaux pour réaliser des modelés à l'intérieur de la carrière dans le cadre de son réaménagement. Les plantes qui seront semées vont prendre de façon plus facile"

Bruno Maestri, de la société GSM Languedoc qui gère la carrière de Poussan

Plus de 8000 tonnes de coquilles sont traitées chaque année à Mèze. Les professionnels tentent aujourd'hui de trouver de nouvelles filières de valorisation.

Utilisées comme engrais dans les vignes

Depuis 2016, les coquilles d'huitres sont utilisées dans la création d'habitats artificiels implantés dans les ports. Ils sont destinés à favoriser la réimplantation de la biodiversité. Elles peuvent être aussi être utilisées dans le remblais des routes.

Des recherches menées sur les procédés d'épuration des eaux usées ont mis en avant une nouvelle source de débouchés pour les coquilles de moules. Elles peuvent être un support idéal pour fixer les bactéries utilisées pour épurer l'eau. Broyées très finement, elles pourraient aussi être utilisées comme engrais dans les vignes .

Le reportage de Sylvie Duchesne

L' objectif, c'est de rentabiliser la filière. Pour l'instant, seules les coquilles d'huitres et de moules des conchyliculteurs du bassin de Thau sont collectées et valorisées. Pourquoi à l'avenir ne pas imaginer la même chose pour les restaurateurs ou encore les écaillers ?

Coquilles de moules broyées. - Radio France
Coquilles de moules broyées. © Radio France - Sylvie Duchesne
Poudre de coquilles d’huîtres. - Radio France
Poudre de coquilles d’huîtres. © Radio France - Sylvie Duchesne