Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Agriculture – Pêche

Trop d'eau dans les champs d'Indre-et-Loire, les conséquences commencent à se faire sentir

lundi 9 avril 2018 à 4:49 Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine

Des champs impraticables, des premières pertes en colza, des semis de printemps pas complètement faites. Les pluies du premier trimestre pèsent sur l'agriculture tourangelle. Les terres sont saturées en eau.

Illustration
Illustration © Maxppp - Bruno Levesque

Indre-et-Loire, France

A l'heure du bilan météo du premier trimestre 2018, on retiendra tous la pluie, encore la pluie, toujours la pluie. Et c'est une réalité. Il est tombé en l'espace de trois mois 226,9 mm d'eau sur l'Indre-et-Loire selon les relevés de Météo France, contre 172,3 en moyenne (sur les 30 dernières années), soit 25% de plus qu'une année normale.   

25% de pluies en plus au premier trimestre 2018 qu'une année normale

Cette météo très pluvieuse se ressent dans les champs. Les semis d'hiver ont souffert. La chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire annonce des pertes de 5 à 10% sur le Colza (pour l'instant). "Le sol ne peut plus recevoir d'eau" explique Stéphane David, le responsable de l'équipe végétale à la chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire. "Les racines baignent, ce qui fait que dans certaines parcelles, le colza disparaît"

Impossible de sortir les vaches en plein champ, sous peine de saccager la parcelle

80% des orges de printemps ont pu être semés. Il n'y a pas de retard pour l'instant pour le maïs et le tournesol, mais les semis doivent être faites au plus tard début mai. Le souci actuellement concerne l'état des prairies. La terre est meuble. Les champs sont impraticables, inaccessibles pour les tracteurs, et même parfois pour les animaux. C'est le cas chez François de Chénerilles à Azay-le-Rideau. Cet éleveur de brebis a abandonné malgré lui un tracteur en plein champ ce mercredi. Il était littéralement embourbé. Ses animaux sont aussi impactés. Il doit les changer de prairies tous deux-trois jours pour ne pas détruire les sols. "Pour ceux qui ont des bovins, la situation est plus critique" explique Stéphane David. "Pour des vaches à viande ou des vaches à lait, les éleveurs ne les ont pas encore sorties"

Les agriculteurs espèrent une accalmie météo en ce mois d'avril

Tous s'accordent à dire qu'il faudrait que la météo s'améliore dès ce mois d'avril pour réaliser les semis et ensuite espérer à la mi-mai une petite quinzaine de jours de pluie. Sauf que les prévisions météo ne sont pas encourageantes pour les jours à venir. Il pourrait tomber cette semaine 60mm d'eau sur la Touraine, soit autant en une semaine que sur un mois d'avril normal.