Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Trop de pluie inquiète viticulteurs et arboriculteurs de Vaucluse

mardi 29 mai 2018 à 6:05 Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse

Les pluies et l’atmosphère humide et douce sont propices aux maladies dans les vignes et les vergers. Les viticulteurs craignent le mildiou. Les producteurs de cerises redoutent la moniliose qui fait dépérir l'arbre. Ils constatent aussi l'arrivée précoce du moucheron asiatique.

Le viticulteur Bertrand Hardy regarde deux à trois fois par jour le pluviomètre au domaine des Pentelines à Vedene
Le viticulteur Bertrand Hardy regarde deux à trois fois par jour le pluviomètre au domaine des Pentelines à Vedene © Radio France - Philippe Paupert

Vedène, France

Le mois de mai a été très pluvieux en Vaucluse : dans les secteurs du Luberon et du Calavon, les précipitations sont deux à trois fois supérieures à celle d'un mois de mai normal selon le CIRAME. Le centre régional d'agrométéorologie évoque des risques de tavelures pour les pommiers et poiriers. Les conditions sont très favorables aux maladies avec forte humidité et températures douces.
Elisabeth Ricaud du CIRAME attire aussi la vigilance des viticulteurs sur le mildiou: "il suffit de brouillard et d'un millimètre de petites pluies. Ces conditions sont très favorables au développement de maladies en vignes". 

Elisabeth Ricaud "le CIRAME a constaté des pluies 2 à 3 fois supérieures dans le Sud Luberon et Calavon"

Scruter le pluviomètre deux à trois fois par jour

A Vedène, le pluviomètre est planté à coté du premier rang de vigne de Bertrand Hardy au domaine des Pentelines. Le viticulteur en bio se désole car ses vignes sont envahies par l'herbe. "On a du mal a travailler le sol. La pluie profite à l'herbe ce qui provoque davantage d'humidité entre les ceps et ça augmente le risque de mildiou"

Bertrand Hardy confie que le métier de viticulteur est donc de "trouver des astuces pour alléger au maximum, remplir à moitié les citernes de produits.  Le gros risque c'est le mildiou car il pleut un peu tous les jours, ça entretient le risque. Surtout en viticulture bio où les seuls produits sont des produits de contact qui sont lavés dès qu'il pleut 15 mm."

Pas de récolte de cerises, pas de travail et menace de maladies

A Goult, le producteur de cerises Bertrand Mile s'inquiète de cette humidité permanente dans son verger. Depuis plusieurs jours, "on ne récolte pas et on ne vend pas". L'arboriculteur explique qu'il est "très difficile d'appeler les gens pour leur dire qu'il ne travaillent pas car il pleut." 

Bertrand Mille s'inquiète des champignons qui gâtent le fruit et "surtout s'installent pour l'année future". Il redoute aussi une humidité favorable à "la maladie qui s'attaque aux feuilles fait des trous et détruit l'arbre." Bertrand Mille constate aussi l'arrivée précoce du moucheron asiatique, le redoutable Drosophila suzukii qui "aime les conditions humides et chaudes. D'habitude on le voit plus tard dans la saison." 

Humidité et températures douces favorisent les maladies dans les vignes et vergers de Vaucluse

Météo France ne prévoit pas de mistral ou le retour du beau temps pour les jours à venir.