Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

U sumere corsu in Parigi

lundi 11 février 2019 à 10:52 Par Hélène Battini et Jean Pruneta, France Bleu RCFM

L’âne corse sera présent pour la première fois au Salon de l'Agriculture à Paris du 23 Février au 3 Mars. Une dizaine de jours de présence dans un des salons les plus courus et une première pour l'âne corse qui préfigure de sa reconnaissance officielle.

Olivier Fondacci, éleveur installé à Santa Reparata di Balagna
Olivier Fondacci, éleveur installé à Santa Reparata di Balagna © Radio France - Jean Pruneta

Corse, France

Dans l'attente de sa reconnaissance officielle, qui pourrait intervenir cette année, l'âne de race corse sera présenté, pour la première fois, au Salon de l'Agriculture à Paris du 23 Février au 3 Mars. L'âne insulaire serait alors la huitième race asine française, dossier porté depuis presque 10 ans par le Conseil du Cheval Corse avec le soutien de l'ODARC. Du temps mis à profit pour définir la race corse et répondre aux critères de reconnaissance selon Dominique Sbraggia, le Président du Conseil du Cheval Corse.

Le début d'une ère nouvelle

Trois ânes, Giussani, Nebulosa et le petit Serpentinu, représenteront donc cette race corse au salon de l'agriculture. Trois spécimens à la robe grise, aux jambes zébrées et portant sur leur dos la Croix de St André, iront donc représenter la race corse ce 23 février à Paris. Trois ânes issus d'un élevage de près de 80 têtes que dirige en Balagne Olivier Fondacci. Pour cet éleveur installé à Santa Reparata di Balagna, ce voyage à Paris représente, plus qu'une consécration, le début d'une ère nouvelle.

Réhabiliter la race corse

La Porte de Versailles comme couronnement enfin de l'âne corse, de ses caractéristiques et de son histoire. Animal emblématique de l'île, il était le compagnon du quotidien des habitants, notamment dans le rural, accomplissant de multiples tâches, avant de devenir une attraction touristique ou le numéro 1 de ventes de souvenirs. Peu après l'après-guerre, 20 000 ânes sillonnaient encore les routes de l’île. Il en reste à peine 2 000 aujourd’hui et pour Eugène Tramini, président de l'Associu "Sumere Corsu", il est temps aujourd’hui de le réhabiliter.

Peut-être un peu perdu loin de leur maquis, Giussani, Nebulosa et Serpentinu porteront donc sur leurs épaules le poids d'une reconnaissance au milieu d'un rassemblement de près de 4 000 animaux représentatifs de 360 races.  

Exclusif : la dernière ânesse née ce week-end dans l'élevage d'Olivier Fondacci - Radio France
Exclusif : la dernière ânesse née ce week-end dans l'élevage d'Olivier Fondacci © Radio France - Jean Pruneta