Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Un agriculteur bio situé dans la Manche dénonce le retard des versements des aides

dimanche 4 novembre 2018 à 15:14 Par Romain Chevalier, France Bleu Cotentin

Un agriculteur bio situé près de Gréville-Hague dénonce le retard des versements des aides. Il a dû attendre près de deux ans pour recevoir celles de 2016. En manque de trésorerie, le producteur de lait est obligé d'emprunter de l'argent à la banque.

Yannick possède 80 vaches laitières.
Yannick possède 80 vaches laitières. © Radio France - Romain Chevalier

Gréville-Hague, France

Cet agriculteur commence à trouver le temps long. Yannick est producteur de lait depuis 20 ans. Sur son exploitation de 95 hectares située près de Gréville-Hague, il s'occupe de 80 vaches laitières toute l'année. Et il y a deux ans, il s'est converti au bio. "Pendant que l'on est en conversion, _on produit bio mais on vend en conventionnel_. Donc il n'y a pas la plus-value du produit vendu en bio", témoigne-t-il.   

Les vaches de Yannick.  - Radio France
Les vaches de Yannick. © Radio France - Romain Chevalier

Plusieurs années avant de recevoir les aides

Alors pour compenser le manque à gagner, le producteur perçoit des aides de l'Etat mais aussi de l'Union Européenne. "On les prévoit dans nos budgets prévisionnels réalisés sur cinq ans et en fait _il y a des gros retards_. Donc ça nous met dans la panade", poursuit le producteur. 

Obliger d'emprunter à la banque

Et souvent il doit patienter plusieurs années : "Par exemple _en juillet de cette année, on a touché celles de 2016_." Ce retard oblige donc Yannick à emprunter de l'argent. 

"On est obligé de faire des courts termes auprès de nos banques, mais là ça fait des courts termes qui sont à rallonge, c'est presque des moyens termes", précise l'agriculteur. 

L'exploitation de l'agriculteur.  - Radio France
L'exploitation de l'agriculteur. © Radio France - Romain Chevalier

Pour l'année 2018, il n'a toujours rien reçu et ça devient très problématique : "Une année de sécheresse comme celle-là où chez nous on a été obligé d'acheter 30 tonnes de fourrage parce qu'on n'a pas produit assez au niveau de l'exploitation et d'autre part on produit moins de lait, _forcément ça double le problème_."

Pourtant ces 20 000 euros d'aides permettraient à Yannick de pérenniser un emploi sur son exploitation