Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un agriculteur de l'Orne soupçonné de maltraitance après la découverte de bovins morts dans son champs

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu

L'association de défense des animaux "Les Paniers du Coeur" a porté plainte contre un agriculteur de Pontchardon, dans l'Orne ce dimanche 16 février. La veille, huit cadavres de bovins ont été découverts dans son champs. L'éleveur, dépassé, aurait des difficultés à gérer seul tout son cheptel.

Les bovins ont été découverts par une voisine.
Les bovins ont été découverts par une voisine. - Association Les Paniers du Coeur

C'est un véritable charnier qu'a découvert samedi 15 février au matin une habitante de Pontchardon, dans l'Orne, non loin de Vimoutiers, alors qu'elle se promenait aux alentours des champs d'un agriculteur de la commune : huit cadavres d'animaux, et des bêtes encore agonisantes laissées à l'abandon depuis plusieurs jours. La riveraine s'est empressée d'alerter la mairie, ainsi qu'une association de défense des animaux, Les Paniers du Cœur. Elle a porté plainte dès le lendemain contre l'éleveur pour cruauté envers les animaux.

Situation récurrente

"C'est pour que la situation ne se reproduise pas" explique Colette, l'une des bénévoles de l'association. Les pertes dans un troupeau ne sont pas si rares, mais chez cet agriculteur, ce n'est pas une première. 

Ses vaches sont souvent délaissées, et ses clôtures dégradées : les animaux s'enfuient donc régulièrement de ses champs et son retrouvés sur la route ou chez des voisins. 

En tout, huit bovins ont été découvert morts dans le champs de l'agriculteur. - Aucun(e)
En tout, huit bovins ont été découvert morts dans le champs de l'agriculteur. - Association Les Paniers du Coeur

Un agriculteur dépassé

Mais ces cas de négligence récurrents ne sont pas vraiment intentionnels dans la mesure où l'éleveur, âgé d'une cinquantaine d'années, ne s'en sort plus. Il a repris l'exploitation familiale à la mort de ses parents il y a quelques années, et depuis, il s'occupe seul d'un cheptel qui compte 150 têtes, réparties sur une centaine d'hectares. Christophe Bignon, le maire d'Avernes-Saint-Gourgon, une commune voisine sur laquelle l'éleveur possède des terrains, explique que l'agriculteur a des difficultés depuis plusieurs années, et qu'il n'arrive plus à tout gérer.

Après les intempéries, l'agriculteur, complètement dépassé par les événements, ne s'est pas occupés de ses bêtes mortes - Aucun(e)
Après les intempéries, l'agriculteur, complètement dépassé par les événements, ne s'est pas occupés de ses bêtes mortes - Association les Paniers du Coeur

Face aux incidents de plus en plus fréquents, la mairie de Pontchardon avait été alertée, et lui avait demandé d'agir. L'éleveur lui avait alors promis de vendre une partie de ses animaux, mais le temps a passé et rien n'a été fait. 

Avec les intempéries de la semaine dernière, l'éleveur s'est laissé complètement dépasser par les événements, et a tardé à s'occuper de ses bêtes mortes dans son champs. Les équarrisseurs ont été appelés trop tard pour venir chercher les bêtes à temps.

Amende et obligation de vendre le troupeau

Après samedi dernier et la découverte du charnier, la sonnette d'alarme est tirée : le service départemental en charge de la santé et de la protection animale s'est penché sur l'affaire.

Selon Eric Piednoël, adjoint au sein du service, une amende a été infligée à l'agriculteur, pour avoir trop tardé à s'occuper des cadavres. Après plusieurs échanges avec l'éleveur, celui-ci aurait finalement accepté de s'engager à vendre 50 de ses bêtes avant la fin du mois, et la totalité de son troupeau d'ici la fin de l'année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu