Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Un agriculteur de Prahecq demande aux internautes de lui prêter de l'argent pour acheter des terres

mardi 24 juillet 2018 à 4:05 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou et France Bleu

Jean-Pierre Rodier, agriculteur installé à Prahecq dans les Deux-Sèvres, a lancé une collecte sur la plateforme de financement participatif Miimosa pour pouvoir acheter une parcelle de 16 hectares nécessaire à la continuité de son exploitation.

Jean-Pierre Rodier, agriculteur à Prahecq, a lancé un appel aux internautes sur la plateforme Miimosa
Jean-Pierre Rodier, agriculteur à Prahecq, a lancé un appel aux internautes sur la plateforme Miimosa © Radio France - Noémie Guillotin

Prahecq, France

25.000 euros. C'est la somme que Jean-Pierre Rodier, agriculteur à Prahecq depuis 35 ans espère pouvoir réunir sur le site de financement participatif Miimosa. De l'argent qui lui servira à acquérir une parcelle de 16 hectares qu'il cultive aujourd'hui en fermage et qui est mise en vente. A 19 jours de la fin de la collecte, plus de 10.000 euros ont déjà été placés sur le projet grâce à une trentaine de contributeurs. Les internautes ne font pas un don mais un prêt participatif. C'est-à-dire qu'ils seront remboursés avec des intérêts (2,75%). 

"Avoir un prêt d'une banque, c'est très difficile. Il faut des garanties énormes"

Une solution alternative à l'auto-financement. Et aux banques "où pour très peu d'argent, on va vous demander des hypothèques, etc", explique Jean-Pierre Rodier qui élève 300 taurillons, 200 chèvres et cultive 150 hectares de céréales. Il tente donc sa chance sur internet car pour l'exploitant, l'acquisition de cette parcelle est "vitale". Son système d'irrigation passe notamment sous ce champ. "J'ai un jeune qui travaille chez moi et j'aimerais bien lui transmettre mon exploitation. Si je n'ai pas ces 16 hectares ça ne passera pas", lance-t-il.