Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Un agriculteur sur cinq ne touche pas de revenu de son travail

L'INSEE publie une étude indiquant que 19% des agriculteurs ne touchent pas de revenus du fruit de leur travail. Certains d'entre eux déclarent même un déficit de leur exploitation.

Porc dans porcherie
Porc dans porcherie © Maxppp - Stéphane GUIOCHON

Région Bretagne, France

Presque 20% des agriculteurs ne touchent aucun revenu de leur travail, selon une enquête de l'INSEE publiée la semaine dernière. Elle concerne les revenus des non-salariés en 2017 par rapport à 2016. Certains de ces agriculteurs eux déclarent même avoir subi un déficit de leur exploitation. La situation économique des agriculteurs reste particulièrement sensible et tendue en France comme en Bretagne. 

L'agriculteur français touche un revenu mensuel moyen de 1400 euros. C'est très peu face à la cinquantaine voire la soixantaine d'heures travaillées. Franck Guehennec, le président de la FDSEA du Morbihan a vu plusieurs de ses collègues lâcher l'éponge il y a peu : "l'un est devenu routier, l'autre est parti travailler dans une commune." La pression économique, couplée à "l'agri-bashing" les a dégoûtés du métier.

Du mieux pour l'élevage porcin 

Tous les domaines agricoles ne sont pas touchés de la même façon. Par exemple, le revenu moyen d'un viticulteur avoisine les 2800 euros mensuels tandis que celui d'un éleveur de moutons ou de chèvres ne culmine pas à plus de 620 euros moyens mensuels.  Mais il y a du mieux concernant certains domaines, notamment l'élevage porcin. C'est ce qu'a remarqué André Sergent, le président de la chambre d'agriculture régionale : "Il y a un an, on était dans une crise très dure. Aujourd'hui, on a un retour des marchés inattendus, pourvu que ça dure pour les éleveurs !"

"En Bretagne, on a eu tendance à se spécialiser dans un domaine en particulier pour être meilleur et plus compétitif. Mais on voit que c'est difficile de vivre que d'une production. Nos jeunes sont en train de se diversifier", remarque-t-il. En effet, la plus grosse augmentation en terme de revenus dans l'étude INSEE concerne celle des agriculteurs en polyculture et élevage. Leurs revenus grimpent de 25% par rapport à 2016.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu