Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Un arrêté anti-pesticides pris par le maire de Chizé

-
Par , France Bleu Poitou

Daniel Barré, maire de Chizé dans le sud des Deux-Sèvres, est le premier maire du département à prendre un arrêté anti-pesticides. Pas du goût d'Alain Chabauty, président de la FNSEA 79.

La préfecture des Deux-Sèvres a demandé au maire de Chizé de retirer son arrêté anti-pesticides
La préfecture des Deux-Sèvres a demandé au maire de Chizé de retirer son arrêté anti-pesticides © Radio France -

Chizé, France

C'est le premier maire des Deux-Sèvres à prendre un arrêté anti-pesticides. Daniel Barré, maire de Chizé, commune de 900 habitants dans le sud du département, a signé le 22 octobre un texte qui interdit l'usage de produits phytosanitaires à moins de 150 mètres des habitations.

Une décision qu'il justifie par les remarques de ses administrés. "Des gens qui rentrent chez eux fissa quand ils sont en train de déjeuner dehors parce qu'il y a un épandage. Des enseignants aussi m'ont dit devoir rentrer leurs classes", raconte Daniel Barré. Un enjeu de santé publique donc pour le maire. "Inhaler des produits qui ont des propriétés toxiques ce n'est pas fait pour l'homme au quotidien".

Ce n'est pas des individus qu'on cible mais le système

Le maire de Chizé veut aussi dénoncer les hésitations de l'Etat. "Ce n'est pas des individus qu'on cible mais le système. L'Etat a envoyé des signaux forts en interdisant les produits phytosanitaires pour les collectivités, les particuliers et là pour l'agriculture on discutaille, on fait un plan 1, un plan 2 et peut-être un jour un plan 3", regrette l'élu.

La préfecture des Deux-Sèvres a demandé au maire de retirer son arrêté, un arrêté "illégal" rappelle-t-elle. Daniel Barré, sait que des tribunaux administratifs ont suspendu des arrêtés du même genre comme à Langouët, en Bretagne. Mais il ne veut pas baisser les bras, "sinon cela veut dire qu'on accepte et moi je fais partie des personnes qui n'acceptent pas de respirer des molécules chimiques de cette nature-là".

Un arrêté abrupt

"Un arrêté abrupt, une décision arbitraire", estime de son côté Alain Chabauty, le président de la FNSEA dans les Deux-Sèvres. Il assure que les agriculteurs sont "dans leur très grande majorité vigilants. C'est, ne pas utiliser des pesticides quand il y a du vent, quand les enfants sont à l'école". Pour le responsable du syndicat agricole, "à nous aussi d'être encore plus pédagogues. Après, il y a une réglementation, il faut qu'elle soit respectée point final". La FNSEA 79 qui a prévu des actions le 27 novembre prochain lors d'une mobilisation nationale contre l'agribashing dont une à Chizé. "Rien de violent bien sûr", précise Alain Chabauty sans en dire plus pour l'instant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu