Agriculture – Pêche

Un cas de fièvre catarrhale confirmé en Creuse

Par Valérie Mosnier et Audrey Tison, France Bleu Creuse et France Bleu jeudi 17 septembre 2015 à 23:10

Déplacements interdits pour les bovins, ovins et caprins à 2 exceptions près
Déplacements interdits pour les bovins, ovins et caprins à 2 exceptions près © Radio France - Audrey Tison

Une semaine après l'Allier, un cas de fièvre catarrhale est avéré dans le nord de la Creuse, à Nouziers. La Préfecture de la Creuse l'a annoncé jeudi soir. Quatre nouveaux cas aussi dans l'Allier et le Puy de Dôme.

Le cas de fièvre catarrhale a été confirmé jeudi soir par le laboratoire national de référence, à la suite d'un contrôle réalisé au Mans dans la Sarthe, lors d'un concours de reproducteurs. Conséquence directe : un périmètre d'interdiction de 20 kilomètres est mis en place autour de l'exploitation. Celà ne devrait être que le début, puisque quatre autres cas sont avérés dans des départements limitrophes de la Creuse (dans l'Allier et le Puy de Dôme). Tout le département de la Creuse pourrait donc bientôt être concerné par des mesures de restrictions strictes sur les ruminants.

De quoi compliquer encore un peu plus la vie des éleveurs, Audrey Tison

Des déplacements interdits

Il existe deux dérogations pour les mises en pâture et les conduites à l'abattoir qui doivent être directes et sans chargements, dans un camion désinsectisé. Dans ce périmètre, les exportations sont aussi bloqués pour le moment. Pour les animaux dont la vente est déjà actée, ils pourront partir à condition de présenter un test négatif au virus. Pour les autres animaux destinés à l'export dans les quatre prochaine mois Il faudra en passer obligatoirement par la vaccination. Celà va donc concerner les broutards creusois destinés à l'engraissement en Italie.

En effet, le ministre de l'Agriculture a annoncé que les animaux destinés à l'export seraient prioritaires (il y a seulement 1,3 millions de vaccins disponibles au niveau national). La vaccination devrait démarrer la semaine prochaine, elle est entièrement prise en charge par l'État,_ _mais la procédure prend un mois et demi, ce qui engendre des frais importants pour les éleveurs qui doivent nourrir les animaux en pleine croissance. Le Préfet de la Creuse réunira mardi prochain la cellule d'urgence agricole.

Bernard Andrieu, Directeur Départemental de la Cohésion Sociale ET de la Protect

Un arrêté préfectoral doit être publié ce vendredi pour préciser les communes impactées par ces périmètres de 20 kilomètres. Mais rappelons que toutes les autres communes de Creuse font partie d'une zone de protection et de surveillance (d'un rayon de 150 kilomètres) dans laquelle les déplacements d'animaux sont un peu plus libres. L'envoi à l'abattoir reste possible pour tous puisque la consommation de la viande ne représente aucun danger pour l'humain.

Pour toute question,  vous pouvez joindre la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection de la population (DCSPP) : 05.55.41.72.27 ou 05.55.41.73.16.