Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Un drone pour évaluer les dégats du gibier en Touraine

dimanche 20 août 2017 à 5:49 Par Denis Guey, France Bleu Touraine

La Coordination rurale 37 va prêter un drone gratuitement à ses adhérents pour surveiller les dégâts causés par le gibier.

Un drone qui sera bien utile pour aider à l'évaluation juste des dégâts du gibier
Un drone qui sera bien utile pour aider à l'évaluation juste des dégâts du gibier © Maxppp - Denis Guey

Indre-et-Loire, France

C'est une première dans le monde agricole. Un drone va survoler la Touraine pour évaluer les dégâts du gibier dans les cultures. Ce drone a été acheté par la Coordination rurale d'Indre-et-Loire. Grâce à ses photos aériennes, le syndicat espère obtenir une évaluation beaucoup plus précise et juste des surfaces cultivables touchées par le passage des sangliers, des cerfs ou autres chevreuils; car la Coordination rurale estime que les dégâts sont souvent sous-estimés et que l'agriculteur n'est pas indemnisé à la mesure du préjudice. Déjà, seul les dégâts au dessus de 3% de la surface cultivable ou à partir de 230 euros de pertes sont indemnisés.

Un complément à la procédure habituelle

Sans le drone, la procédure d'évaluation des dégâts et d'estimation du préjudice économique et financier passe par un estimateur qui fait figure d'expert. Il va dans les champs aux côtés de l'agriculteur et d'un représentant des chasseurs. Il rédige ensuite un PV qui est signé ou non par les deux parties. Pour Alain Belloy, le président de la fédération de chasse d'Indre-et-Loire, c'est une procédure qui est fixée par la loi et qui ne changera pas. Pour lui, le drone ne la remplacera pas, il sera un simple complément à l'expertise.

Précision: pour l'instant, aucun adhérent de la Coordination rurale 37 n'a fait appel au drone. C'est un service gratuit qui est mis à leur disposition par le syndicat agricole.