Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Un élevage de Loulay en Charente-Maritime touché par la grippe aviaire

-
Par , France Bleu La Rochelle
Loulay, France

Un cas de grippe aviaire, faiblement pathogène, vient d'être détecté dans un élevage de Loulay en Charente-Martime. C'est le premier cas dans le département depuis le début de l'épidémie l'année dernière.

Le premier cas de grippe aviaire a été détecté il y a environ deux semaines.
Le premier cas de grippe aviaire a été détecté il y a environ deux semaines. © Maxppp - Maxppp

Un cas d'Influenza aviaire, faiblement pathogène et différent de celui du Sud-Ouest, vient d'être détecté dans un élevage de Loulay en Charente-Maritime. C'est le premier cas dans le département depuis le début de l'épidémie l'année dernière.

Les 900 canards de cet élevage au Nord de Saint-Jean-D'Angély vont tous être abattus ce mercredi. L'exploitation sera ensuite désinfectée avant la mise en place d'un vide sanitaire de 21 jours."Il ne me restera plus rien", déplore Thierry Baty, l'éleveur.

Thierry Baty a lui-même contacté la DDPP, la Direction départementale de la protection des populations : "On avait des canetons morts. Mais c'était à cause d'un excès d’ammoniaque. Les agents ont ensuite étendu leurs investigations aux canards dans la salle de gavage. C'est là qu'ils ont découvert le virus de la grippe aviaire."

C'est un coup de massue. C'est comme quand on vous annonce que vous avez un cancer " - Thierry Baty, éleveur à Loulay

"Mon exploitation a un cancer. Sauf que je ne vais pas pouvoir le soigner. Je produis 3 000 canards par an : ce qui veut dire que pour moi, c'est peut être la mort de mon entreprise. Est-ce que mon banquier va me suivre ? J'en doute", soupire le producteur et éleveur.

Périmètre de sécurité

La préfecture a immédiatement instauré un périmètre de surveillance d'un kilomètre autour de cet élevage de canards : les animaux de basse-cour traditionnels doivent tous être confinés dans ce secteur. "C'est une situation inquiétante. Tout le Sud-Ouest de la France est atteint par cette grippe aviaire. Je ne pensais pas que nous pouvions avoir une telle situation si proche de nous. Surtout quand on sait qu'un vide sanitaire de 6 semaines va bientôt être instauré là-bas !", souligne Maurice Perrier, le maire de Loulay.

"Même si ce virus n'est pas pathogène pour l'homme et que la consommation de volailles et de produits de volailles ne présente aucun danger, le Préfet appelle à la vigilance (...) afin de mettre tout en oeuvre pour éviter la propagation du virus", précise un communiqué de la préfecture de Charente-Maritime. Ce même communiqué appelle aussi tous les éleveurs à indiquer toute mortalité suspecte à la DDPP, la Direction départementale de la protection des populations, de Charente-Maritime.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu