Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Un éleveur de volailles bio en détresse à Saint-Saturnin-lès-Apt après la découverte de salmonelle

-
Par , France Bleu Vaucluse

Installé à Saint-Saturnin-lès-Apt, Denis Surgey, éleveur de volailles bio doit abattre toutes ses poules d'ici Noël. La présence de salmonelle a été détectée dans son exploitation début octobre 2019.

Denis Surgey, éleveur de volaille bio à Saint-Saturnin-lès-Apt.
Denis Surgey, éleveur de volaille bio à Saint-Saturnin-lès-Apt. © Radio France - Elsa Vande Wiele

Saint-Saturnin-lès-Apt, France

Denis Surgey, éleveur bio installé à Saint-Saturnin-lès-Apt, doit abattre toutes ses volailles après la découverte de salmonelle sur son exploitation début octobre 2019. Le fermier cherche à les vendre le plus vite possible sinon elles seront perdues. "Avant, les éleveurs français pouvaient réaliser un deuxième prélèvement pour confirmer la présence de salmonelle, explique l'éleveur. Depuis l'arrêté du mois d'août 2018, ces contre-analyses ont été supprimées alors que dans la plupart des cas, elles revenaient négatives", assure-t-il.  

Denis Surgey ne percevra aucune indemnité car "pour pouvoir prétendre à une indemnité il faut être adhérent à une charte sanitaire et ça concerne uniquement les élevage industriels", selon lui. Ce dernier se veut rassurant, sans pour autant chercher à contraindre les consommateurs à acheter ses poules, pintades et autres chapons : "Il n'y a pas de problème du point de vue de la consommation puisque la salmonelle est détruite à partir de 65 degrés et souvent on fait cuire la volaille au four autour de 180 degrés."

Après bientôt 17 ans de métier et contraint de cesser son activité plusieurs mois, le temps d'abattre toutes les volailles, de désinfecter l'exploitation  et de respecter le délai de vide sanitaire obligatoire, Denis surget se demande aujourd'hui s'il va pouvoir tenir financièrement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu