Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Agriculture – Pêche

Un maraîcher d'Agde a besoin de votre aide pour sauver son verger

dimanche 9 avril 2017 à 6:50 Par Lauriane Delanoë, France Bleu Hérault

Depuis sa toute première récolte il y a dix ans, Jean-Philippe Vicedo accumule les problèmes sur ses 3,5 hectares de poiriers, à Agde. Aujourd'hui, il veut relancer son exploitation grâce au vote des internautes. Il participe à un concours qui pourrait lui rapporter jusqu'à 50 000 euros.

Jean-Philippe Vicedo veut transformer son verger de poire en un verger agroforestier, avec différentes espèces d'arbres fruitiers.
Jean-Philippe Vicedo veut transformer son verger de poire en un verger agroforestier, avec différentes espèces d'arbres fruitiers. © Radio France - Lauriane Delanoë

Agde, France

C'est l'histoire d'un ancien jardinier qui a décidé de se lancer dans le maraîchage, mais qui accumule les galères. Pour sauver son verger aujourd'hui, Jean-Philippe Vicedo n'a plus le choix : il appelle les internautes au secours. Grâce à leurs votes, cet agriculteur d'Agde (Hérault) pourrait remporter jusqu'à 50 000 euros. Le temps presse, puisque les votes pour ce concours de la Fabrique Aviva seront clos ce mardi 11 avril.

Soutenez Jean-Philippe Vicedo en votant pour son projet sur le site de la Fabrique Aviva.

Le Bitterois de naissance a racheté les 3,5 hectares de poiriers en 2007. Mais dès sa première année, un orage de grêle ravage sa récolte. "Des grêlons comme des balles de ping-pong. On a dû tout jeter", se souvient le maraîcher, alors certifié bio.

"Ça a été la perte sèche. Mais l'assurance a refusé de m'indemniser." - Jean-Philippe Vicedo

Un verger agroforestier

Son assureur ne l'indemnise pas car, selon Jean-Philippe Vicedo, "ce n'était soi disant pas le bon contrat". Il poursuit la compagnie devant la justice, mais se retrouve en redressement judiciaire. Les frais s'accumulent. D'autant que des vers attaquent les fruits, son pressoir est défaillant et son tracteur finit par tomber en panne. Le maraîcher n'a plus récolté depuis huit ans. Pourtant, les fruits seront bientôt là, en quantité.

"C'est même mieux qu'avant ! J'ai des poires du calibre de melons. Je ne pourrai pas les vendre tellement elles sont grosses." - Jean-Philippe Vicedo

Le verger, non traité depuis le départ mais qui n'est plus certifié bio aujourd'hui, est devenu ces dernières années une forêt sauvage, avec des ronces, des cognassiers, des frênes au milieu des poiriers. L'agriculteur constate alors qu'avec toutes ces espèces, il y a moins de maladies et de bestioles.

"Les arbres s'entraident", avance-t-il, selon les principes de la permaculture. Jean-Philippe Vicedo envisage aujourd'hui de créer un verger agro-forestier, c'est à dire de diversifier sa production, avec des cerises, des amandes, des abricots et quelques légumes.

Les poiriers sont en fleurs et promettent une belle récolte. - Radio France
Les poiriers sont en fleurs et promettent une belle récolte. © Radio France - Lauriane Delanoë

50 000 euros à la clef

Pour réussir, il doit retrouver des financements. Or, les banques ne lui prêtent plus. Le père de famille de 36 ans a envisagé de lancer un financement participatif, avant de découvrir le concours lancé par la Fabrique Aviva. Cette compagnie d'assurance - "une ironie du sort", pour Jean-Philippe Vicedo - propose aux internautes de soutenir leur projet préféré. Chacun a dix votes à attribuer.

Les 50 projets les plus plébiscités recevront au moins 2 000 euros. Entre 5 000 et 50 000 euros, pour les quatorze Grands Gagnants de la catégorie "Environnement, Biodiversité et énergie". Jean-Philippe Vicedo est donc en compétition avec 275 autres projets, dans toute la France. Pour lui, "c'est le seul moyen de relancer le verger et de vivre enfin du maraîchage". Pour nourrir sa famille malgré toutes ses galères, l'Agathois a repris ces derniers temps un emploi de jardinier.

Pour soutenir Jean-Philippe Vicedo, il faut vous inscrire sur le site de la Fabrique Aviva, puis attribuer vos votes à son projet, là. Il reste deux jours.

Le verger-forêt de Jean-Philippe Vicedo, à Agde. - Radio France
Le verger-forêt de Jean-Philippe Vicedo, à Agde. © Radio France - Lauriane Delanoë