Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un millier de tracteurs attendus à Strasbourg ce vendredi

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Des centaines d'agriculteurs ont prévu de se retrouver à Strasbourg le vendredi 30 avril avec leurs tracteurs. Ils viennent de tout le Grand Est, pour exprimer leur désaccord avec le projet de nouvelle PAC, la politique agricole commune.

Les agriculteurs protestant contre l'agribashing à Strasbourg en octobre 2019.
Les agriculteurs protestant contre l'agribashing à Strasbourg en octobre 2019. © Maxppp - Jean-Marc LOOS

"Ramener un peu de bon sens paysan dans la PAC" : c'est le mot d'ordre de la manifestation qui devrait rassembler un millier d'agriculteurs sur leur tracteur le vendredi 30 avril à Strasbourg. Ils viendront de tous les départements du Grand Est pour se retrouver devant le Parlement européen, à l'appel des Jeunes agriculteurs et des FDSEA.

Des conséquences pour les éleveurs de montagne

Ces organisations critiquent le projet de nouvelle PAC, la politique agricole commune, qui doit être discutée entre les partenaires européen. Dans le Haut-Rhin par exemple, la FDSEA 68 et les Jeunes agriculteurs estiment que les nouvelles règles porteront préjudice aux éleveurs de montagne : "La PAC leur impose tellement de contraintes qu’il devient contre-productif de maintenir des prairies. Pas de prairies sans éleveurs, pas d’élevage sans un revenu suffisant pour nos agriculteurs !"

Moins de culture de maïs

Autre gros point noir, toujours selon la FDSEA 68 et les jeunes agriculteurs du département, les conséquences sur la culture du maïs. La nouvelle PAC inciterait à sa réduction, alors qu'elle est particulièrement adaptée en plaine d'Alsace selon les organisations syndicales, grâce à une nappe phréatique importante. "Depuis les années 50, l’irrigation permet de cultiver le maïs et de faire vivre nos exploitations." Le maïs qui permet de nourrir les bêtes, même en cas de sécheresse, et qui est aussi "l’une des cultures françaises qui nécessite le moins de produits phytosanitaires (...) il bénéficie, grâce au Rhin, d’un mode de transport particulièrement vertueux."

De leur côté, les organisations de défense de l'environnement critiquent aussi le projet. Parce qu'il ne va pas assez loin selon elles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess