Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Un million et demi d'euros pour les agriculteurs des pays de Savoie victimes de la sécheresse de 2018

vendredi 29 mars 2019 à 18:46 Par Christophe Van Veen, France Bleu Pays de Savoie

Illustration du réchauffement climatique. Le conseil Savoie Mont Blanc débloque une aide exceptionnelle pour 2.000 exploitations agricoles qui ont perdu plus d'un tiers de leur production de fourrage en 2018.

Sécheresse en Haute Savoie
Sécheresse en Haute Savoie © Maxppp - PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP

Un million et demi d'euros de subvention viennent d'être votés au conseil Savoie Mont Blanc, ce vendredi, pour aider 2.000 exploitations agricoles des pays de Savoie frappées par la sécheresse de 2018.  Quasiment toute la Haute Savoie (sauf le Pays du Mont-Blanc) et l'ouest de la Savoie y compris les Bauges ont vu leurs fourrages diminuer de plus de 30 %  l'an dernier. Or le fourrage dans nos zones d'élevage et de production de fromages est vital.

Pire que 2003

L'aide des deux départements (Savoie et Haute Savoie qui coopèrent au sein du Conseil Savoie Mont Blanc depuis 2001) est exceptionnelle, mais l'exceptionnel est amener à se reproduire comme nous l'explique celui qui suit ces dossiers de sécheresse à la Chambre d'Agriculture Savoie Mont Blanc , lui-même éleveur à Saint-Jorioz (74) , près du lac d'Annecy, Christophe Léger. "2018 a été plus difficile à passer que 2003. L'absence de précipitation et les températures extrêmes sont le signe d'une tendance générale au réchauffement climatique. En janvier, des météorologues nous ont donné une conférence. D'ici 30 ans, Chambéry ou Annecy seront considérées comme si elles étaient au sud de Grenoble, voire au sud de Valence ou encore au sud d'Avignon. On voit bien les conséquences pour l'enneigement, et aussi pour les productions agricoles."

Les agriculteurs vont devoir s'adapter

Pour 2019, il est trop tôt pour se prononcer puisque les moissons de fourrage ont lieu de la mi-mai à la mi-juillet. Mais la chambre d'agriculture des deux Savoie a parfaitement conscience que la profession va devoir évoluer. D'après Christophe Léger, "ça passera sûrement par l'irrigation, par des espèces fourragères plus résistantes aux températures et aux écarts, et puis du stockage plus important en prévision des pénuries. Economiquement, c'est une étape difficile à passer."