Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Un partenariat entre des éleveurs bovins et les magasins Leclerc de la Mayenne : une vache par semaine et par magasin

mardi 30 octobre 2018 à 16:21 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

De la viande bovine locale, certifiée à coup sûr ! Le collectif d'éleveurs Mayennais ÉCLA 53 vient de conclure un partenariat avec les magasins Leclerc de la Mayenne. Ils s'engagent à fournir une carcasse de vache par semaine et par magasin, au moins jusqu'à la fin de l'année.

Quatre vaches seront en vente dans les quatre magasins Leclerc de la Mayenne.
Quatre vaches seront en vente dans les quatre magasins Leclerc de la Mayenne. © Maxppp - Christian Watier

Châtillon-sur-Colmont, France

"Il y a des producteurs en Mayenne, il y a des consommateurs en Mayenne, tant qu'à faire, qu'ils mangent local !" Une réflexion on ne peut plus logique lancée Jean-Luc Guérin, éleveur de vaches à Châtillon-sur-Colmont, de la race blonde d'Aquitaine. Cette semaine, il vend une carcasse entière de vache au magasin Leclerc de Mayenne. "C'est pour essayer de valoriser mes produits au plus près", explique l'éleveur.

Quatre carcasse de vaches entières par semaine

Jean-Luc Guérin fait partie du collectif Ecla 53, un collectif d'éleveurs Mayennais a été créé il y a un an. Les 27 éleveurs fournissent déjà de la viande bovine pour une soixantaine de clients : une vingtaine de collèges et lycées de la Mayenne, et des restaurateurs. Et depuis cette semaine, les éleveurs fournissent aussi les quatre supermarchés Leclerc du département, à Laval, Saint-Berthevin, Mayenne et Château-Gontier, à raison d'un animal par semaine et par magasin.

Connaître la destination de leurs animaux

Jean-Luc Guérin vend ses bêtes à des abatteurs, mais habituellement, il ne sait pas où la viande qu'il produit est vendue. "Une fois qu'il l'a achetée, elle est à lui, et les abatteurs dispatchent en fonction de leurs clients, quelques fois à côté de chez nous, quelques fois un petit peu plus loin. Je sais qu'ils en mettent localement, parce qu'ils ont des clients localement et heureusement. Mais ils peuvent aller chercher des clients un petit peu plus loin aussi", déclare l'éleveur.

"Les abatteurs dispatchent en fonction de leurs clients, quelques fois à côté de chez nous, quelques fois un petit peu plus loin."

Cette fois la viande est en vente à une quinzaine de kilomètres de son exploitation, sous la marque "cœur de Mayenne", à un prix juste et rémunérateur pour l'éleveur. "On part de nos coûts de production sur l'exploitation et on définit un prix. Mais on n'est pas beaucoup plus cher que ce qu'on peut voir ailleurs", assure Sylvain Rousselet, le responsable d'Ecla 53. 

"Aujourd'hui, les animaux qu'on produit, on sait où ils sont abattus, où ils vont être transformés, consommés. Ça c'est aussi une reconnaissance, et pour nous éleveurs, c'est quelque chose à laquelle on est attachés", ajoute l'éleveur.

Les animaux découpés et transformés en magasin

Ecla 53 a réalisé une enquête consommateurs au printemps dernier, "et les consommateurs nous avaient dit que la moitié de la viande bovine qu'ils consommaient, ils l'achetaient en grande surface. Pour nous c'était devenu indispensable que notre marque soit présente en grande surface", détaille Sylvain Rousselet. 

"Du coup on a rencontré les quatre gérants des magasins, et on leur a proposé d'approvisionner leur rayon traditionnel boucherie en carcasses, donc c'est bien des animaux entiers qui arrivent chez eux. Ils vont faire la découpe et proposer les produits que les consommateurs souhaiteront. Ils se sont engagés à prendre un animal par semaine et par magasin jusqu'à la fin de l'année. Et nous on s'est engagé à les approvisionner avec les animaux qu'ils souhaitaient. L'intérêt d'être un collectif d'éleveurs, c'est justement de pouvoir répondre à toutes les demandes", explique le responsable d'Ecla 53.

Pour l'instant le collectif ne travaille qu'avec les magasins Leclerc, mais si le collectif s'agrandit avec plus d'éleveurs et donc plus de bêtes, il pourrait proposer des partenariat à d'autres grandes enseignes, comme Carrefour, Intermarché ou Système U.