Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Un plan anti-peste porcine se met en place dans les Ardennes

vendredi 14 septembre 2018 à 15:36 Par Philippe Rey-Gorez, France Bleu Champagne-Ardenne

La confirmation de deux cas de peste porcine africaine sur des sangliers en Belgique conduit le ministère de l'Agriculture français à demander "une mobilisation immédiate pour protéger les élevages" porcins menacés. Les Ardennes sont concernées.

Illustration
Illustration © Maxppp - Christian Watier

Ardennes, France

Trois cas de peste porcine africaine ont été signalés ce mercredi sur des cadavres de sangliers à Etalle, en Wallonie. C’est à une vingtaine de kilomètres des Ardennes françaises. Autant dire que les départements, comme ceux de la Meuse, de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, sont directement concernés par le plan d’action renforcé immédiatement demandé par le ministre de l’agriculture.

Ce plan prévoit "des mesures de zonage, de restrictions de certaines activités comme la chasse et de surveillance renforcée des élevages et de la faune sauvage".  Il faut aussi organiser "le renforcement des mesures de biosécurité pour éviter l'introduction du virus dans les élevages porcins et des mesures de surveillance en abattoir".

Non contagieuse pour l'homme

Le virus n’est pas dangereux pour l’homme, mais pour les animaux, il n’existe pas de vaccin et de traitement.  Sa présence "constitue une progression inédite de la maladie qui exige une réponse à la hauteur des enjeux économiques considérables pour les filières agroalimentaires françaises", affirme le ministère.

Dans les Ardennes, la zone d’observation concerne 43 communes et prévoit plusieurs dispositions : 

  1. des mesures de sécurité pour éviter l'introduction du virus dans les 3 élevages porcins de la zone concernée, ainsi que pour les détenteurs de sangliers ou de cochons hors-élevages :  confinement des bêtes à l'intérieur des bâtiments, désinfection des véhicules qui rentrent ou sortent de l'exploitation, suivi vétérinaire de la mortalité des animaux. Sortir des porcs ou des sangliers de cette zone est soumis à une autorisation de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la Protection des populations. 
  2. des mesures de surveillance en abattoir.
  3. des mesures concernant la faune sauvage et notamment l'interdiction de la chasse au sanglier, et plus généralement aux grands gibiers.

Listes des communes ardennaises de la zone de suspension de l'exercice de la chasse

  • Pouru-Saint-Remy
  • Mogues
  • Francheval
  • Villy
  • Moiry
  • Puilly-et-Charbeaux
  • Messincourt
  • Douzy
  • Matton-et-Clémency
  • Sailly
  • Escombres-et-le-Chesnois
  • Pure
  • Villers-Cernay
  • Les Deux-Villes
  • Pouru-aux-Bois
  • Linay
  • Amblimont
  • Tétaigne
  • Brevilly
  • Malandry
  • Bièvres
  • Fromy
  • Margny
  • Daigny
  • Sachy
  • Carignan
  • Auflance
  • Herbeuval
  • Bazeilles
  • La Moncelle
  • Mouzon
  • Sapogne-sur-Marche
  • Euilly-et-Lombut
  • Blagny
  • Williers
  • La ferté-sur-Chiers
  • Osnes
  • Signy-Montlibert
  • Tremblois-les-Carignan
  • Vaux-les-Mouzon
  • Margut
  • Rubecourt-et-Lamecourt
  • Mairy

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a reçu ce vendredi après-midi les acteurs de la filière, éleveurs, transporteurs, abatteurs, vétérinaires, mais également chasseurs. Une réunion de ce type est prévue à la préfecture des Ardennes à Charleville-Mézières. 

Le préfet Pascal Joly rappelle rappelle aussi à tous "l’impératif de sécurité sanitaire pour l’élevage français". Cela concerne également "les promeneurs en forêts qui sont appelés à la vigilance, notamment en cas de découverte éventuelle de cadavres de sangliers".