Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Un ruisseau asséché tous les étés : le cri de colère d'un habitant de La Laigne

mardi 17 juillet 2018 à 21:52 Par France Bleu La Rochelle, France Bleu La Rochelle

Dans la commune de La Laigne, au nord de la Charente-Maritime, le cours d'eau Le Crépé, est à sec depuis le 12 juillet. Le phénomène se produit chaque été depuis 4 ans. Un habitant qui l'utilise pour irriguer son potager accuse les exploitants agricoles voisins de pomper toute l'eau du ruisseau.

Ici, le cours d'eau Le Crépé est à sec. Il y coule normalement 50 centimètres d'eau.
Ici, le cours d'eau Le Crépé est à sec. Il y coule normalement 50 centimètres d'eau. © Radio France - Louise Buyens

La Laigne, France

Dans Le Crépé qui traverse la commune de La Laigne, il coule normalement 50 centimètres d'eau. Mais depuis le 12 juillet, il n'y a plus une goutte, le cours d'eau est complètement asséché. Juste à côté se trouve le potager de Jean-Michel Dorin, lui aussi est complètement sec. Impossible d'y faire naître quoi que ce soit. "C'est inadmissible de voir ça. L'eau est à tout le monde, rugit l'habitant. Et sur le terrain de mon voisin, c'est pareil !" insiste-t-il en désignant la terre sèche sur le sol. 

Depuis 4 ans, les cultures de Jean-Michel Dorin ont du mal à pousser à cause de la sécheresse estivale. - Radio France
Depuis 4 ans, les cultures de Jean-Michel Dorin ont du mal à pousser à cause de la sécheresse estivale. © Radio France - Louise Buyens

D'habitude, cet habitant fait pousser des haricots verts, des endives et des carottes, des légumes qu'il cuisine et met en bocaux pour se nourrir l'hiver. Avec sa petite retraite, "de 880 euros par mois. Quand [il] a tout payé, il ne [lui] reste pas grand chose". L'hiver dernier déjà, Jean-Michel Dorin raconte qu'il a dû aller aux Restos du cœur car il n'avait plus assez d'argent pour faire les courses. Selon lui, cela fait quatre ans que le cours d'eau est à sec l'été et il accuse les exploitants agricoles de pomper, via des forages, dans les nappes phréatiques et de vider le ruisseau.

Un canon irrigue un champ de maïs. - Radio France
Un canon irrigue un champ de maïs. © Radio France - Louise Buyens

Effectivement, à quelques encablures du potager, des canons irriguent des milliers d'hectares de champs de maïs avec l'eau des sols. Pourtant, sur la commune de La Laigne, il y a cinq réserves d'eau, des bassines construites il y a sept ans. Mais en juin dernier, le tribunal administratif de Poitiers a donné l'interdiction d'utiliser ces réserves

Il y a cinq réserves d'eau sur la commune de La Laigne. - Radio France
Il y a cinq réserves d'eau sur la commune de La Laigne. © Radio France - Louise Buyens

François Marot est propriétaire d'une exploitation familiale sur laquelle il cultive du maïs et élève des brebis. Il explique : "Le préfet a autorisé les agriculteurs à continuer à irriguer, à condition de prélever dans le milieu naturel, c'est-à-dire dans les nappes phréatiques. On n'a pas le choix, si on n'arrose pas nos cultures, on met la clé sous la porte". Les agriculteurs doivent donc pomper dans les nappes phréatiques et provoquent inévitablement l'assèchement du ruisseau Le Crépé. 

De son côté, le maire de la commune estime qu'il est "normal" que le cours d'eau soit à sec en juillet mais il faut, selon lui, que les agriculteurs puissent utiliser les bassines pour éviter ce phénomène. 

La situation de cette commune reste cependant marginale. Contactée, l'agence régionale de la biodiversité en Nouvelle-Aquitaine, indique que les nappes phréatiques de Charente et Charente-Maritime sont pleines. Par exemple, "sur les 25 pluviomètres de la Charente-Maritime, 92 % sont supérieurs à la moyenne française", détaille Amandine Ribreau, spécialiste des nappes phréatiques à l'agence régionale de la biodiversité. L'été 2018 ne devrait ainsi pas connaître de gros problèmes de sécheresse.