Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Une centaine d'agriculteurs lorrains manifestent à Paris ce mercredi

Stop à l'agri-bashing et aux traités de libre-échange. Un millier de tracteurs venus de la grande couronne parisienne et des paysans venus de la France entière manifestent ce mercredi à Paris. Une centaine sont partis tôt ce matin des Vosges et de la Meurthe-et-Moselle.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

Nouvelle opération coup de poing des agriculteurs ce mercredi. Un millier de tracteurs venus de la grande couronne parisienne et des milliers d'exploitants de toute la France dont une centaine venus de Lorraine sont attendus avenue Foch, point de ralliement de la manifestation dans la capitale parisienne.

Les agriculteurs dénoncent une nouvelle fois les traités de libre-échange, la loi alimentation qui n'a pas augmenté leurs revenus. 

Autre grief que le gouvernement doit entendre, selon les manifestants : la montée en puissance de l'agri-bashing. 

Pour Hervé Lapie, patron de la FRSEA Grand Est, "Nous avons des extrémistes qui remettent nos pratiques d'élevages en cause et qui entrent dans nos exploitations. Nous avons des exemples dans le Grand Est. Et puis nous avons aussi la remise en cause des produits de santé végétale que nous mettons pour protéger nos cultures". 

"Il faut ramener un peu de bon sens, nous demandons donc le soutien du gouvernement. Il doit changer de braquet pour soutenir toute une profession", précise l'éleveur de la Marne ce mercredi matin sur France Bleu Lorraine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu