Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Une manifestation "anti-viande" très tendue à Limoges

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Une quarantaine de militants regroupés sous le collectif limousin d'action militante pour les animaux, le CLAMA, se sont donnés rendez-vous place de la Motte à Limoges samedi après-midi. Bouchers et agriculteurs ont répliqué avec une contre-manifestation. Ambiance électrique.

Echanges parfois tendus entre les deux "camps"
Echanges parfois tendus entre les deux "camps" © Radio France - Julien Balidas

Limoges, France

D'un côté de la place : les Vegans. Avec un message à faire passer, explique Sylvie Ebenstein-Couhault porte-parole du collectif CLAMA. "Arrêtez de manger de la viande et de sacrifier les animaux pour l'alimentation."

Une quarantaine de manifestants "anti-viande" étaient présents. - Radio France
Une quarantaine de manifestants "anti-viande" étaient présents. © Radio France - Julien Balidas

"Les éleveurs peuvent se reconvertir"

Des Creusois et des Haut-Viennois pour la plupart, venus brandir des banderoles montrant les conditions d'abattage des animaux et  aussi faire goûter des produits bien spécifiques. "Sans oeuf, ni lait, ni miel... Enfin tout ce qui est issu de l'animal est banni quoi", explique Corinne qui a préparé tout un buffet.

Pour Sylvie Ebenstein-Couhault, l'idée n'est pas de détruire les emplois agricoles.

Sylvie Ebenstein-Couhault, du collectif CLAMA.

Un barbecue comme réplique pour les agriculteurs. - Radio France
Un barbecue comme réplique pour les agriculteurs. © Radio France - Julien Balidas

Pour les agriculteurs, une provocation

De l'autre côté de la place, agriculteurs et bouchers de la Haute-Vienne. Ils ont installé un barbecue au milieu, en guise de séparation. L'odeur du bœuf grillé envahit Limoges. Eric Butaud, président du syndicat des bouchers du 87 s'explique : "Nous on les respecte, on ne va pas leur dire de manger de la viande alors qu'ils arrêtent de prôner de ne pas manger de viande."

Eux aussi ont improvisé des banderoles, comme celle-ci : "Vegans, tueurs de paysans" . ERic Gouteau enchaîne: "Il faut condamner les abattoirs qu'on voit dans les vidéos mais il faut faire comprendre aux gens que ça se passe très bien ici. Il y a de vrais professionnels.

Le président de la Coordination Rurale 87, Bertrand Venteau y voit une provocation dans un contexte difficile.

Betrand Venteau, de la Coordination Rurale 87 est en colère.

Avec les halles de Limoges comme décor symbolique le ton est vite monté. Les policiers ont même du intervenir pour séparer tout le monde. _"Vous voulez faire crever tout le monde lâchent les agriculteurs."  Tous ont fini par se calmer. Certains agriculteurs ont même gouté les produits vegan ! Pas de quoi les convaincre. "La viande c'est meilleur, laissez nous vivre"_.  Après quatre heures de mobilisation, "anti-viande" et agriculteurs ont fini par se disperser.

De la peinture rouge au sol pour symboliser le sang. - Radio France
De la peinture rouge au sol pour symboliser le sang. © Radio France - Julien Balidas
Choix de la station

France Bleu