Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Bordeaux : une marche blanche pour interpeller la préfecture sur les pesticides

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Une enquête de "Cash Investigation" sur France 2 désignait la Gironde comme étant le département français le plus consommateur de pesticides "cancérigènes mutagènes neurotoxiques". Dominique Techer, vigneron et élu de la confédération paysanne, co-organise ce dimanche une marche blanche à Bordeaux.

Dominique Techer, vigneron et élu de la confédération paysanne
Dominique Techer, vigneron et élu de la confédération paysanne © Radio France - Gaëtan Plenet

Bordeaux, France

Qui est à l’initiative de cette marche blanche ?

Plusieurs syndicats et associations sont à l’origine de ce rassemblement, ainsi que deux lanceuses d’alertes. On a tous été très choqués par ce reportage sur France 2. J’ai beau être du milieu agricole et donc assez bien informé sur la question des pesticides, je n’avais pas conscience de l’importance du danger en Gironde. Ça m’a fait comme un coup de poing ! Quand j'ai vu que nous étions parmi les plus gros consommateurs de pesticides CMR, c’est-à-dire cancérigènes mutagènes neurotoxiques, je n’en revenais pas. Il fallait faire quelque chose. Surtout que les téléspectateurs ont eux aussi été stupéfaits des mises en garde du reportage. Ils sont inquiets pour leur santé, et celle de leurs enfants. Il ne faut pas croire que les gens qui viennent défiler ce dimanche sont tous des écolos de la première heure. Il y aura surtout des parents inquiets pour la santé de leurs enfants. Pour l’instant, 600 personnes ont manifesté leur envie de venir sur les réseaux sociaux.

Vous dénoncez le comportement des pouvoirs publics…

Alors que 3 millions de téléspectateurs tremblaient devant le reportage, j’ai l’impression que rien ne change pour les politiques et les institutions agricoles. Pas un coup de téléphone après ce reportage. On les a juste entendus se féliciter de progrès réalisés, alors que ces progrès ont été réalisés il y a déjà des années, et qu’on en voit finalement les résultats sur le long terme… C’est ce qui nous a décidé à organiser une marche blanche. Il fallait cristalliser et exprimer cette inquiétude grandissante. Il y a une véritable omerta autour de cette question. C’est inadmissible que les pouvoirs publics n’aient pas communiqué les chiffres récents de la consommation de pesticides CMR pour la Gironde. Mais on a bien l’intention de faire pression pour les obtenir.

Qu’est-ce qu’il faut faire d’après vous ?

Il faut bien comprendre que l’idée, ce n’est pas seulement de protester mais bien de trouver des solutions. Les agriculteurs veulent le faire, mais pas seuls. Les pouvoirs publics doivent arrêter de faire le dos rond en espérant qu’une grosse actualité mondiale, sur n’importe quel sujet, viendra tasser le mécontentement actuel. Ils doivent au contraire se confronter à la réalité, et accepter de changer le modèle agricole avant qu’il ne soit trop tard. Ils avaient, à l’époque, été frileux avec l’agriculture biologique, et ne l’avaient pas favorisée. Aujourd’hui, c’est l’image de nos appellations qui est en danger. Nous, agriculteurs, nous voulons nous adapter. Mais il faut que l’Etat change de direction et nous épaule financièrement. Plus on attend, plus ça va être dur de redresser la barre.

Propos recueillis par Gaëtan Plenet