Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Une marche citoyenne pour dire non à la "ferme des 4000 vaches" en Saône-et-Loire

lundi 6 novembre 2017 à 18:11 Par Margaux Stive, France Bleu Besançon et France Bleu Bourgogne

Ils ne veulent pas de la "ferme des 4000 vaches", et ils vont marcher ce mardi pour le faire savoir. Une manifestation à l'initiative de la Confédération Paysanne contre le projet d'une ferme de près de 4000 bovins à Digoin en Saône-et-Loire.

Le projet ? Une ferme géante avec 3910 bovins destinés à être exportés.
Le projet ? Une ferme géante avec 3910 bovins destinés à être exportés. © Maxppp - Fred Haslin

Digoin, France

Une "initiative incensée", une menace pour l'environnement, les opposants à la ferme des 4000 vaches ne manquent pas d'arguments pour critiquer le projet d'un agriculteur de Digoin. Il veut agrandir son exploitation pour y accueillir près de 4000 bovins et les exporter ensuite vers le Maghreb notamment. Une marche citoyenne est organisée ce mardi matin à l'initiative de la Confédération Paysanne, jour de la remise du rapport de l'enquête publique réalisée à la rentrée.

Une ferme géante en projet

On connaissait la "ferme des 1 000 vaches", cet agriculteur de Digoin en Saône-et-Loire prévoit d'en avoir 4 fois plus. Une ferme géante pour stocker 4000 bovins destinés à l'exportation. Le projet fait grincer des dents, et surtout il effraie. Dans un rapport, la DREAL, la direction régionale de l'environnement, donne pourtant un avis positif au projet tout en reconnaissant quelques risques: pour la pollution et la consommation de l'eau, ou encore les nuisances pour les riverains. Mais le propriétaire a tout prévu, et a des solutions assure le rapport.

Un sujet qui fait débat

Deuxième étape, une enquête publique a été lancée à la fin du mois d'août pour recueillir les avis, des associations ou encore des riverains. Le rapport doit être remis ce mardi à la Préfecture, mais les contributions sont disponibles sur le site internet. Et les avis sont partagés, avec un léger avantage aux opposants quand même. Des associations de défense de l'environnement, mais aussi de simples citoyens comme Martine qui compare cette ferme à "un camp de concentration pour animaux", ou Isabelle qui s'inquiète pour l'image de marque de la viande charolaise.

Ce n'est bien pour personne » - Adèle Trueblood de la Confédération Paysanne 71

Adèle Trueblood, porte-parole départementale de la Confédération Paysanne

Mais il y a aussi des lettres de soutien à la ferme, des grosses société qui ont l'habitude de travailler avec ce genre d'exploitations, mais là aussi des citoyens, souvent des éleveurs pour qui cette ferme va créer des emplois, relancer la filière et être capable de répondre à de grosses commandes ce que les petites exploitations ne peuvent pas faire.

Il faut que l'on arrête d'avoir des œillères » Pascal Chaveroche soutient le projet

Pascal Chaveroche soutient le projet

Des avis qui ne sont que consultatifs. Au final ce sera au Préfet de trancher, il doit rendre sa décision au mois de janvier. Le maire de Digoin lui opte pour une solution intermédiaire. Il est pour le projet mais propose d'installer les bâtiments à un autre endroit de la commune, plus éloigné des habitations pour limiter les nuisances.