Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Une mouche et ses larves menacent les élevages ovins de Haute-Vienne

vendredi 8 juin 2018 à 10:46 Par Nathalie Col, France Bleu Limousin et France Bleu

Les éleveurs de moutons de la Haute-Vienne s'inquiètent de la présence d'une mouche particulièrement indésirable depuis deux ou trois ans. Ses larves s'installent sous la laine des animaux et peut dévorer leur chair. Un phénomène préoccupant pour la fédération départementale des éleveurs ovins.

Claude Souchaud, président de la fédération des éleveurs ovins de la Haute-Vienne
Claude Souchaud, président de la fédération des éleveurs ovins de la Haute-Vienne - ©L’Union agricole 87

Haute-Vienne, France

Un nouveau fléau empoisonne la vie des éleveurs ovins depuis deux ou trois ans. Il s'agit d'une mouche appelée « Wohlfahrtia Magnifica », qui s'en prend à leurs animaux. Pour l'instant on la retrouve surtout dans le nord de la Haute-Vienne, mais elle se propage peu à peu en Limousin. L'insecte pond des larves principalement sur les ovins, et ces larves se nourrissent de leur chair. Pour Claude Souchaud, président de la fédération des éleveurs ovins en Haute-Vienne, il est donc urgent de réagir. Il était l'invité de Solène de Larquier ce vendredi, sur France Bleu Limousin

Pourquoi cette mouche vous inquiète particulièrement ?

Il en va d'abord du bien être des animaux. Depuis qu'elle est apparue on constate que les brebis souffrent de l'arrivée de cette maladie. Le cheptel de la Nouvelle-Aquitaine est en danger et l'avenir même de l'élevage ovin. J'exagère un peu car on est au début. Je viens de faire le point avec les tondeurs de moutons qui sont les premiers observateurs de cette maladie. Quand on enlève la toison, on voit l'état général de la brebis. On n'est pas en phase extrêmement grave mais il y a déjà quelques cas et on sait que cette maladie se développe durant l'été. Il est donc important de mettre en place un système de prévention et les protocoles à disposition pour les éleveurs.

Une fois que les larves de cette mouche sont installées sur les animaux, c'est difficile de s'en débarrasser ?

Oui, on le constate déjà depuis trois ans dans le sud de la Vienne. Au début on a considéré que c'était une anomalie. On trouvait ça exceptionnel mais on s'aperçoit que petit à petit ça se développe sur l'ensemble de la Nouvelle-Aquitaine et la région Centre. On commence à avoir des épiphénomènes qui sont clairs et ça devient une préoccupation prioritaire pour les éleveurs. Ça représente une surcharge de travail complètement exceptionnelle et quelquefois ça pousse les éleveurs à s'interroger sur l'avenir de leur métier.

Aujourd'hui toute la profession se mobilise pour régler ça ?

C'est le cas depuis déjà deux ans et surtout depuis le dernier Tech Ovin à Bellac. Les objectifs sont clairs et nets au niveau de la recherche et les instances régionales et nationales des fédérations ovines nous soutiennent. Le problème est d'ailleurs plus vaste puisqu'on a eu des cas sur des bovins l'an dernier. Il ne faut pas sous-estimer ce problème, mais ne pas sombrer non plus dans le catastrophisme, nous sommes en train de réagir.

Est-ce que cela peut avoir un impact sur l'organisation du mondial de tonte, l'an prochain à Bellac ?

Non, je ne pense pas. Surtout que les tondeurs de moutons sont les premiers observateurs du phénomène. Ils n'ont pas encore rencontré beaucoup de cas, mais mieux vaut prévenir que guérir.

Trois questions à Claude Souchaud, président de la fédération des éleveurs ovins de la Haute-Vienne.