Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Une ouverture de la saison de la pêche à la truite tout en douceur dans le nord Franche-Comté

samedi 9 mars 2019 à 17:26 Par Hervé Blanchard, France Bleu Belfort-Montbéliard

La saison de la pêche à la truite s'est ouverte ce samedi 9 mars 2019. Dans le nord Franche-Comté, les rivières avaient fait le plein d'eau et de poissons contrairement aux bourriches. Sur les bords du Doubs à Valentigney, France Bleu Belfort-Montbéliard est allée lancer sa ligne !

Claude n'aurait raté pour rien au monde l'ouverture de la saison de la truite mais repart "bredouille comme une andouille" dit-il
Claude n'aurait raté pour rien au monde l'ouverture de la saison de la truite mais repart "bredouille comme une andouille" dit-il © Radio France - Hervé Blanchard

Valentigney, France

C'était le grand jour pour les mordus de pêche à la truite. La saison s'est ouverte ce samedi pour les rivières de catégorie 1. C'est un moment attendu depuis de nombreux mois par les milliers de pêcheurs du nord Franche-Comté. Les berges des rivières et plans d'eau ont donc repris vie tôt ce samedi matin. Il n'y avait pas la foule des grands jours certes mais les accrocs étaient là, comme à Valentigney (à côté de Montbéliard). Sur les bords du Doubs, dans le coin des Longines, les passionnés sont venus chercher le poisson rare.

"Bredouille comme une andouille" - Claude, 82 ans, de Couthenans

Claude fait un peu la "gaule", enfin plutôt la gueule. Il est 10 heures du matin et sa bourriche est désespérément vide. "Je suis bredouille comme une andouille comme on dit, rien de rien". Mais pour ce pêcheur de 82 ans, habitant de Couthenans, né avec une canne à pêche à la main, impossible de rater l'ouverture de la truite "C'est l'année du centenaire de l'association (AAPPMA de Valentigney, Mandeure, Mathay) alors je me devais d'être là. De toutes façons, c'est une religion la pêche, on est là comme à la messe" clame tout sourire le fringant octogénaire.

Tout est en place ! Maintenant faut que ça morde ! - Radio France
Tout est en place ! Maintenant faut que ça morde ! © Radio France - Hervé Blanchard

Des rivières pleines ...

Après la sécheresse de 2018, et le coup de chaud de fin février, on pouvait craindre le pire pour ce premier jour.  Mais finalement, ce n'est pas si mal, contrairement au haut-Doubs où la situation est plus critique. C'est l'avis de Vincent Roy, président de la société de pêche du secteur de Valentigney, Mathay et Mandeure (3 communes autour de Montbéliard et où coule le Doubs) "On est revenu à un niveau d'eau correct, alors certains pêcheurs trouvent qu'il y a beaucoup d'eau mais quand l'eau est là il faut la prendre surtout avec ce qui s'est passé l'année dernière avec la sécheresse et où à certains endroits ça a été catastrophique. _On a eu la chance ici à Valentigney, Mandeure et Mathay de ne pas être trop touchés, et d'avoir eu une mortalité de poissons moins forte que dans d'autres associations_. C'est pour ça que cette eau de fonte des neiges qui arrive doucement permet aussi de remplir les nappes phréatiques  et espérer en conserver suffisamment pour tenir toute la saison". 

... mais une eau très froide

Seul petit frein à cette journée d'ouverture la température de l'eau "L'eau est extrêmement  froide" précise Vincent Roy "parce que c'est une eau de fonte de neiges donc les poissons sont "calés" comme on dit, cachés derrière les cailloux. Il faudra peut-être attendre les premiers soleils pour que le poisson se mette à se nourrir". Et donc se mettre à découvert et permettre ainsi peut-être aux pêcheurs du secteur d'égaler la prise la plus spectaculaire en date, celle d'une truite de 86 cm pour 7 kilos environ réalisée il y a déjà une dizaine d'années.

Vincent Roy (à gauche), président de l'AAPPMA de Valentigney, Mandeure, Mathay et les garde-pêches sur les bords du Doubs aux Longines - Radio France
Vincent Roy (à gauche), président de l'AAPPMA de Valentigney, Mandeure, Mathay et les garde-pêches sur les bords du Doubs aux Longines © Radio France - Hervé Blanchard

Des effectifs de pêcheurs stables, les jeunes mordent aussi à la passion

Du côté des adhérents, après une légère baisse de 2 à 3% l'an dernier par rapport à 2017, les sociétés de pêche du nord Franche-Comté estiment stabiliser leurs effectifs cette année (il y en avait environ 22 mille l'an passé dans le Doubs).

Enfin, la société de pêche de Valentigney, Mandeure, Mathay, comptabilise en ce début de saison 150 adhérents mais reste confiante pour atteindre le même nombre au moins que l'an passé (270 en 2018) au fil de la saison. Grâce notamment à l'arrivée de jeunes pêcheurs "On a remarqué une hausse d'adhérents des adolescents de 12-18 ans. Ils sont une trentaine dans notre association. C'est une très bonne chose pour notre activité et cela donne en plus une image plus rafraîchissante de notre passion" conclut Vincent Roy.