Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : une Pâques 2020 difficile pour les producteurs d'agneaux

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Avec le confinement, les commandes d'agneaux se sont effondrées, malgré l'approche du week-end de Pâques. Mais la mobilisation de toute la filière pour relancer la consommation a permis de limiter les dégâts... pour l'instant.

Agneaux dans une bergerie, image d'illustration.
Agneaux dans une bergerie, image d'illustration. © Radio France - Aurélie Lagain

Les producteurs d'agneaux ont évité le pire. Pâques est une période phare, celle qu'il ne faut pas rater. Il y a encore quelques jours, les éleveurs redoutaient de ne pas pouvoir écouler toutes leurs bêtes à cause du confinement. Les commerces sont moins fréquentés, les repas de famille n'auront pas lieu, cette année. Les boucheries et grandes surfaces avaient donc limité les commandes. 

Certains producteurs se retrouvaient ainsi avec des dizaines d'agneaux invendus. La Fédération nationale ovine a avancé le chiffre de 110.000 agneaux bloqués dans les bergeries chaque semaine en France, depuis le début du confinement. Des bêtes qui ne rapportent pas d'argent à leurs propriétaires et qui en coûtent en nourriture.

"Tout les acteurs de la filière ont joué le jeu" - François Monge

Mais en quelques jours, tous les acteurs de la filière ont réagi, explique François Monge, éleveur à Recoubeau Jansac, dans la Drôme. Il est aussi vice-président de la Fédération nationale ovine et président de la coopérative Agneau Soleil qui regroupe 600 producteurs de Rhône-Alpes et de Provence Alpes Côte d'Azur. "On a fait de la communication à la radio, sur les réseaux sociaux. Ça a très bien marché : les consommateurs sont revenus demander de l'agneau français" raconte François Monge. "On a demandé à toutes les boîtes qui faisaient de l'import depuis l'Angleterre, l'Irlande, l'Espagne, de stopper l'import et de ne plus vendre que de l'agneau français". La grande distribution aussi a joué le jeu en privilégiant les agneaux produits en France. 

Un sacrifice de plusieurs milliers d'euros

Les éleveurs, eux, ont fait un effort sur leurs prix : 50 à 60 centimes de moins au kilo. Soit une perte d'une vingtaine d'euros par agneau. "J'avais 200 agneaux pour la période de Pâques, explique François Monge, j'en ai vendu 180. Sur les 15 jours avant le week-end pascal, je perds entre 4 et 5.000 euros". Mais le Drômois a une petite exploitation. La moyenne dans la coopérative Agneau Soleil, tourne autour des 550 brebis et 400 agneaux. Ça veut dire des pertes avoisinant les 10.000 euros

Des inquiétudes pour les prochaines semaines

Et pour la suite de la saison ? Tout va dépendre de nombreux paramètres : de la durée du confinement, de la reprise ou non des importations et de l'attitude des consommateurs. D'où cet appel du président de la Fédération ovine de la Drôme, Frédéric Gontard. "On demande aux citoyens français de bien regarder l'étiquetage et de consommer français. Dans la période actuelle, on en a bien besoin". 

Mais si les consommateurs délaissent l'agneau (français), à nouveau les bergeries seront pleines.
Les pertes de la période de Pâques pourront être absorbées par la plupart des éleveurs, étalées sur l'année, mais "si ça se reproduit dans un mois, ce sera la catastrophe", prévient François Monge. "Il y a beaucoup d'inquiétude, on s'interroge parce qu'on ne sait pas ce que va devenir la filière". 

Des recettes pour toute la famille

En attendant et pour donner envie aux consommateurs de manger de l'agneau, la filière propose des recettes, sur son site internet jadorelagneau.fr. Ça tombe bien, les Français n'ont jamais autant cuisiné que depuis qu'ils sont confinés. Ça va du grand classique : le fameux gigot, au kebab ou au tacos d'agneau, pour faire sensation auprès des plus jeunes.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess