Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Une pétition vole dans les plumes d'un projet de poulailler dans le sud-Manche

Les propriétaires d'un château à Bacilly, près d'Avranches, ont lancé une pétition contre un projet de poulailler prévu pour accueillir jusqu'à 25 000 volailles à proximité de leur parc. Ils craignent une nuisance olfactive. Un permis de construire est en cours d'étude.

Le chateau de Chantore, près d'Avranches, a été construit à la fin du XVIIIe siècle
Le chateau de Chantore, près d'Avranches, a été construit à la fin du XVIIIe siècle - Bernard Legal / Chateau de Chantore

Un château de la fin du XVIIIe siècle va-t-il devoir cohabiter avec un poulailler géant pouvant accueillir jusqu'à 25 000 volailles ? Une idée qui donne la chair de poule aux propriétaires du château de Chantore, à Bacilly, près d'Avranches. Mi-janvier, ils ont lancé une pétition car ils estiment que leur établissement est menacé par le projet. 

Peur des odeurs

Ce château datant de 1780, de style pré-romantique, se situe au cœur d'un parc de 19 hectares. "Un parc paysager avec des beaux arbres exotiques, quatorze cascades, des bassins, des chutes d’eau. Et aussi un parc agricole avec des vergers : on a produit 17 tonnes de pommes bio cette année", souligne Bernard Legal, l'un des propriétaires du château de Chantore depuis 2013. 

C'est le seul parc du sud-Manche ouvert au public : 2 000 personnes sont venues le découvrir en 2019. Les propriétaires visent le label "Jardin remarquable", "l'équivalent du guide Michelin pour les parcs". Par ailleurs, la demeure dispose de cinq chambres d'hôte avec vue sur le parc et, pour certaines, sur le Mont-Saint-Michel. 

Nous sommes dans le bocage normand, on n’a rien contre les agriculteurs. Mais ce poulailler est d’une taille importante - Bernard Legal, propriétaire du château de Chantore.

"On pense qu’on va avoir une nuisance olfactive principalement. Une telle taille, on pense que ça va perturber la promenade des visiteurs dans le parc. Et pour les chambres d'hôte, quand vous êtes à votre balcon, admirant le Mont, les odeurs, ça semble assez incompatible. Est-ce que ça ne va pas gêner, ruiner notre activité ?", s'interroge le propriétaire, qui respecte le projet de l'agriculteur. "Ce poulailler, qu'il se fasse, mais on aimerait qu'il soit fait plus loin", ajoute-t-il. 

Bernard Legal, propriétaire du château de Chantore : "Nous nous inquiétons concernant les fortes odeurs"

"Il ne s'agit pas d'un poulailler industriel"

"Nous sommes dans le bocage normand, on n’a rien contre les agriculteurs. Mais ce poulailler est d’une taille importante. Il est prévu pour 25 000 volailles", précise Bernard Legal. Le projet se situe à 450 mètres du château et à 80 mètres de la zone boisée du parc. 

"C’est un bâtiment de 1 350 mètres carrés. Il ne sera pas utilisé à 25 000, mais à 18 000 volailles compte tenu que c’est de la volaille certifiée", commente le maire de Bacilly, Jean-Pierre Maincent. Des volailles certifiées pour le groupe Super U. 

"Il ne s'agit pas d'un poulailler industriel : on est dans un élevage désintensifié avec 12 volailles au mètre carré, contre 22-23 pour un élevage industriel, souligne l'agriculteur, Vincent Picard. Il dit avoir accueilli "moyennement" la pétition, "qui a été lancée avant même qu'on présente le projet à nos voisins". Les volailles voient la lumière du jour et ont accès à l'air extérieur, explique-t-il.

Jean-Pierre Maincent, maire de Bacilly : "Les propriétaires du château ont investi énormément, mais l’agriculteur aussi"

Le projet de poulailler est porté par un jeune éleveur laitier qui a repris la ferme de ses beaux-parents il y a deux ans. "Je souhaite me diversifier, explique Vincent Picard. On a fait attention aux vents dominants et à la gêne quant à la vue sur le Mont. Un seul endroit pouvait se prêter au projet, c’était là". 

"Les propriétaires du château ont investi énormément, mais l’agriculteur aussi : il a besoin aussi se de diversifier pour couvrir les charges", explique de son côté le maire de la commune. 

Vincent Picard, éleveur : "Un seul endroit pouvait se prêter au projet, c’était là"

Un permis de construire en cours d'étude

Une nouvelle réunion a eu lieu ce lundi avec les propriétaires du château, l'agriculteur, l'industrie qui doit construire le poulailler (le groupe Michel, basé près de Fougères) et le maire de Bacilly. Le permis de construire est en cours d'examen. La décision est attendue le 20 février au plus tard. Un après-midi portes-ouvertes est organisé au château le dimanche 2 février de 14h30 à 18h30.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu