Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Une unité de méthanisation à Delle en 2019

lundi 18 juin 2018 à 4:10 Par Simon Cardona, France Bleu Belfort-Montbéliard

Une unité de méthanisation doit s'installer à Delle en 2019, dans la Zone agricole commune (ZAC) des Chauffours. Une parcelle de 12 000 m2 a été vendue par la Communauté de commune pour l'implantation de bâtiment. Le projet, mené par la société Biolid France, va coûter 4,2 millions d'euros.

Exemple d'une unité de méthanisation à Andelnans
Exemple d'une unité de méthanisation à Andelnans © Radio France - Simon Cardona

Delle, France

Le projet a été approuvé à l'unanimité par la communauté de communes du Sud Territoire. 12 000 m² de terrain libre ont été vendus par la Communauté de commune pour la construction d'une unité de méthanisation dans la Zone agricole commune (ZAC) des Chauffours. Le but : réutiliser des matières organiques comme le lisier ou les déchets alimentaires pour produire du gaz. 

Des agriculteurs dellois se sont regroupés pour avoir une quantité suffisante de lisier afin d'exploiter pleinement une unité de méthanisation, construite par la société Biolid. 

Zac des Chauffours de Delle (capture d'écran Google Maps) - Aucun(e)
Zac des Chauffours de Delle (capture d'écran Google Maps) - Simon Cardona

"La méthanisation ne dégage aucune odeur" - Hugues Pecqueux, président de Biolid France.

La principale idée reçue quand le mot méthanisation est évoqué, c'est l'odeur. Pour créer du méthane, les agriculteurs utilisent souvent une base constituée de lisier ou de fumier.  "Le fumier le lisier, c'est vrai que ça sent, concède Hugues Pecqueux, président de Biolid France, en charge du projet à Delle. Mais le processus de méthanisation fonctionne dans un circuit complètement fermé. À aucun moment les matières premières ne sont en contact avec l'air."

C'est d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle de plus en plus d'agriculteurs investissent dans la méthanisation. Cela leur permet de diversifier leurs revenus, en vendant le gaz produit. Mais surtout, la méthanisation produit aussi un engrais, utilisable ensuite dans les champs. "À la fin, on a un résidu, de l'azote minéral, qui sent ne sent pratiquement rien. En tout cas beaucoup moins fort que le lisier utilisé au départ", assure Hugues Pecqueux.

L'exemple d'Andelnans

Depuis trois ans à Andelnans, David Peterschmitt met son fumier dans ses cuves de méthanisation au lieu de le mettre dans ses champs :"On ne dit pas qu'il y a plus d'odeur. Il y aura toujours une odeur qui persiste lors des épandages, mais qui n'a rien à voir avec ce qu'il y avait avant. C'est pour ça que la méthanisation des effluents d'élevage dans les fermes est positive. Dans tous les cas, elle réduit les odeurs par 8."

L'unité de méthanisation à Andelnans est alimentée par le lisier de porcs, de bovins et les déchets verts de certains particuliers - Radio France
L'unité de méthanisation à Andelnans est alimentée par le lisier de porcs, de bovins et les déchets verts de certains particuliers © Radio France - Simon Cardona

Pour financer ce projet, David Peterschmitt et son frère ont investi 2,6 millions euros pour se lancer dans la méthanisation. Les premiers jeudis de chaque mois, il organise une journée porte ouverte pour familiariser les curieux au processus de méthanisation.