Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vague de froid : une crise inédite comme une page blanche pour l'avenir des vignerons de Bourgogne

-
Par , France Bleu Auxerre

Après la vague de gel, une réunion s'est tenue ce samedi à Saint-Bris-Le-Vineux entre les représentants de la profession, le Préfet et Jean-Baptiste Lemoyne le Secrétaire d'Etat icaunais en charge du tourisme. Le constat est unanime : cette crise inédite doit servir de page blanche pour l'avenir.

: Les viticulteurs ont pu à la fois montrer les dégâts et les moyens de lutte engagés la semaine passée au Secrétaire d'Etat icaunais en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne.
: Les viticulteurs ont pu à la fois montrer les dégâts et les moyens de lutte engagés la semaine passée au Secrétaire d'Etat icaunais en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Après plusieurs nuits de combat contre le gel, après l'évaluation des dégâts, l'heure est aux concertations pour trouver des solutions. Exemple hier près d'Auxerre  où une réunion s'est tenue toute la matinée à Saint-Bris-Le-Vineux. Elle a réuni les organismes de défenses et de gestions des appellations, le Préfet et le Secrétaire d'Etat icaunais en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne ainsi que Patrick Gendraud, le président du Conseil Départemental de l'Yonne. Les viticulteurs ont pu à la fois montrer les dégâts et les moyens de lutte engagés durant plusieurs nuits la semaine passée mais ils ont également pu faire remonter des propositions, des demandes sur le court comme sur le long terme.

Chômage partiel, allègements de charges et prolongement des prêts garantis par l'Etat

Il faut dire que l'équation est somme toute assez simple: 80 à 100% des bourgeons sont brûlés, ce sera donc une année blanche, alors à très court terme les viticulteurs demandent des mesures de chômage partiel. " On va se retrouver avec des vignes qui vont végéter les prochaines semaines, avant que ça ne repousse. Pour l'instant, on n'a rien à faire faire à nos salariés et il faut surtout qu'on économise de l'argent. Donc, on ne peut pas les occuper et faire autre chose. " explique Louis Poitout, vigneron à Chablis et membre du bureau de la Confédération des Appellations et des Vignerons de Bourgogne pour qui il faut aussi un geste sur les charges et sur les PGE, ces prêts garantis par l'Etat contractés depuis le début de la crise sanitaire  "Le PGE, va devoir être remboursés à partir de 2022 avec les fruits de la vendange de 2021. Sauf que la vendange de 2021 ne permettra déjà pas de payer les salaires et les charges des salariés."

" On va se retrouver avec des vignes qui vont végéter les prochaines semaines, avant que ça ne repousse" explique Louis Poitout, vigneron à Chablis.
" On va se retrouver avec des vignes qui vont végéter les prochaines semaines, avant que ça ne repousse" explique Louis Poitout, vigneron à Chablis. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

C'est précisément là que le bas blesse, cette absence de production aura aussi des conséquences sur l'image et la place des vins de Bourgogne, un sujet auquel  Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'Etat icaunais, se dit attentif  " Il faudra néanmoins rester présent en communication pour ne pas disparaître face à d'autres vins qui vont venir, peut être, pendant quelques mois, prendre notre place. Etant au Quai d'Orsay, où l'export est un sujet également traité, je peux vous dire qu'on va y être très attentifs."

Utilise le plan de relance pour moderniser l'outil de production 

Le Secrétaire d'Etat a également porté son attention sur les systèmes de défense présentés par les vignerons . Il avance, comme piste, l'usage du Plan de Relance pour aider les vignerons de Bourgogne, dont ceux de l'Yonne à se moderniser et s'adapter face aux changements climatiques. Sur les dix dernières années, seulement deux ont été épargnées par les aléas climatiques : "on ne peut pas se satisfaire de faire ces constats. Ca veut dire mettre le paquet sur la recherche, mettre le paquet sur les investissements. Et le plan de relance prévoit par ailleurs 70 millions d'euros d'aides pour investir justement dans des matériels permettant de protéger face à ces aléas climatiques : travailler sur des retenues colinéaires, sur des fils chauffants. Il y a différentes technologies également sur la recherche, sur certains cépages. Mais ça va prendre parfois dix ans pour que la recherche aboutisse. C'est pourquoi il y a également ce plan de relance qui est, à mon avis, très utile. " déclare Jean-Baptiste Lemoyne. 

Parmi les pistes évoquées, l'utilisation du plan de relance pour moderniser l'arsenal des viticulteurs pour lutter contre le gel.
Parmi les pistes évoquées, l'utilisation du plan de relance pour moderniser l'arsenal des viticulteurs pour lutter contre le gel. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Mais les vignerons voient plus loin, ils estiment ne plus rien à voir à perdre face à une telle catastrophe, inédite par sa force et son étendue. Ils souhaitent s'appuyer dessus pour rebondir, moderniser leurs outils mais pas seulement. Pour eux c'est l'occasion où jamais de réformer en profondeur le système qu'il s'agisse des assurances ou encore des droits de succession. Une cellule de crise a été ouverte en Préfecture et une première réunion se tiendra jeudi prochain à Auxerre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess