Agriculture – Pêche

Vendanges 2016 en Touraine : la qualité est au rendez-vous, pas la quantité

Par Adèle Bossard, France Bleu Touraine et France Bleu dimanche 9 octobre 2016 à 7:00

Les vendanges sont un peu tardives et certaines grappes ont souffert de la météo et du mildiou.
Les vendanges sont un peu tardives et certaines grappes ont souffert de la météo et du mildiou. © Radio France - Adèle Bossard

Gel, grêle, mildiou... les vignes ont été durement frappées par la météo. Avec des conséquences directes sur les récoltes : 12% de rendement en moins sur le millésime 2016 en France selon le ministère de l'Agriculture. Et la Touraine n'a pas été épargnée, même si la qualité semble au rendez-vous.

Dans cette parcelle de raisin blanc, en bordure de la forêt d'Amboise, on récolte un cépage sauvignon, qui sera utilisé pour fabriquer du Touraine blanc. Les vendanges sont un peu tardives et les vendangeurs doivent braver le froid pour remplir leurs seaux de grappes dorées. Mais ceux qui piochent pour en goûter sont unanimes, comme Raphaël : "Il est très bon, et il colle aux mains, c'est très bon signe !".

Une trentaine de personnes vendangent cette parcelle située en bordure de la forêt d'Amboise. - Radio France
Une trentaine de personnes vendangent cette parcelle située en bordure de la forêt d'Amboise. © Radio France - Adèle Bossard

Le millésime 2016 devrait être de très grande qualité, selon Josselin Ragot, le propriétaire des vignes. Mais sur chaque grappe, des grains ont été touchés par la mauvaise météo : "La grappe est en partie mangée par le mildiou, avec des grains tout desséchés, explique-t-il, cigarette au coin de la bouche et grappe de raisin en main. On voit aussi que la sécheresse est passée par là, les grains sont tout petits... Et la pluie qu'on a eu en fin de saison a fait pourrir quelques grains."

La crainte de "la pire des années"

Le cru 2016 devrait être de très grande qualité. - Radio France
Le cru 2016 devrait être de très grande qualité. © Radio France - Adèle Bossard

Josselin Ragot n'a pas de doutes sur la qualité mais il craint que les récoltes ne soient pas suffisantes pour répondre à ses commandes. Il parle déjà de 2016 comme de "la pire des années". François Chidaine, vigneron et président du syndicat des vins de Montlouis, fait la même analyse : "Le climat a été vraiment très défavorable mais le résultat est presque inespéré : l'équilibre sera quand même exceptionnel grâce au peu de pluie qu'on a eu en septembre, se réjouit-il. Mais l'inquiétude c'est de pouvoir satisfaire les marchés, et de ne pas se faire voler la place par d'autre vignobles de France ou du monde".

Partager sur :