Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vendanges 2020 : le casse-tête des recrutements de vendangeurs en pleine crise

Chaque été, 120.000 personnes viennent en Champagne pour les vendanges. Un sur deux vient de l'étranger, une statistique qui explique le casse-tête des vignerons pour trouver de la main d'oeuvre, à l'heure du coronavirus, sans compter sur l'incertitude autour du rendement de cette récolte 2020.

Vendangeurs en Champagne. Image d'illustration.
Vendangeurs en Champagne. Image d'illustration. © Radio France - Olivier Cattiaux

À quelques semaines des vendanges, l'heure du recrutement des vendangeurs a sonné, sauf que cette année, rien n'est aussi simple que les saisons précédentes. En plein conflit, les vignerons et les maisons de négoce ne sont toujours pas d'accord sur le rendement de cette récolte 2020. Après un premier échec il y a dix jours, une nouvelle réunion doit avoir lieu le 18 août prochain. Un rendement qui pourrait bien être abaissé à cause de la crise sanitaire et de son impact sur le secteur du champagne et donc une récolte qui se ferait avec moins de vendangeurs. Chaque été, 120.000 personnes viennent dans les vignes champenoises.

Une baisse soit sur le salaire, soit sur les effectifs

Moins 20% c'est ce qu'estiment les vignerons indépendants. Une baisse qui s'appliquera soit sur les salaires soit sur les effectifs de vendangeurs. "Ça peut être l'un ou l'autre, en fonction du fonctionnement de chaque entreprise (à l'heure ou à la tâche). Ça risque d'être compliqué pour organiser, à la fois la main d'oeuvre, le fait que les vendangeurs viennent, leur logement", explique Yves Couvreur, président de la fédération.

Moins d'offres et peut être moins de demande du côté des vendangeurs quand l'on sait qu'un sur deux vient de l'étranger et risque d'être bloqué par les restrictions entre les pays liés au Coronavirus. Pour cette récolte, il y aura donc des vendangeurs plus locaux, même des étudiants "tous ces gens qui n'ont pas réussi à trouver un job d'été", précise Yves Couvreur.

Vendanges et gestes barrière : le bon mélange ?

Reste le problème des gestes barrière dans les vignes et dans les hébergements, les règles sont encore floues pour les vignerons. "La crainte c'est les clusters. On connait les principaux gestes, le port du masque lors des transports, la distanciation dans les vignes etc. Le but c'est de pouvoir faire ces vendanges, de pouvoir héberger, dans des bonnes conditions même si elles sont compliquées. Après, est-ce que les règles vont encore bouger, s'assouplir ou se durcir d'ici là, ça reste un point d'interrogation", craint le président de la fédération des vignerons indépendants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess