Agriculture – Pêche

Vendanges en Champagne : une récolte "sauvée par le mois d'août"

Par Renaud Biondi-Maugey, France Bleu Champagne-Ardenne mardi 13 septembre 2016 à 10:49

Vignes de Champagne à Verzenay
Vignes de Champagne à Verzenay © Radio France - Clément Lhuillier

Si les quantités de grappes à récolter sont exceptionnellement faibles cette année à cause des mauvaises conditions météo, les raisins sont néanmoins de bonne qualité grâce au temps ensoleillé du mois d'août, assure Nicolas Feuillatte, la plus grande coopérative vinicole de Champagne.

Alors que ces dernières années de 10.000 à 12.000 kilos de raisins par hectare ont été récoltés en Champagne, ce sera en moyenne en 2016 de 7.000 à 8.000 kilos, soit 30% en moins explique la coopérative vinicole Nicolas Feuillatte, qui regroupe en Champagne quelques 5.000 viticulteurs. La faute au mauvais temps du printemps et du début de l'été. "Il faut remonter à 2003, qui avait été une année de gelée de printemps" pour trouver une récolte aussi faible a expliqué sur France Bleu Champagne-Ardenne  Laurent Panigaï directeur général adjoint de la coopérative Nicolas Feuillatte.

 Les vins de réserve débloqués

Les coopératives, maisons de champagne et vignerons, pour pouvoir maintenir leur production, vont par conséquent devoir piocher dans leurs vins de réserve, stockés préventivement les années précédentes et placés dans des cuves. "Cela fait partie de l'histoire de la champagne, rappelle Laurent Panigaï, nous connaissons historiquement des fluctuations de rendement."

Pas de quantité mais de la qualité

Mais s'il y a très peu de quantité de raisin à récolter cette année, la qualité semble en revanche au rendez-vous. "On a été sauvé par le mois d'août" estime Laurent Panigaï. "Le retour d'un temps très ensoleillé en août et l'absence de précipitations font qu'aujourd'hui on a une situation qualitative plutôt bonne. On ne va pas parler de grand millésime, mais je dirais qu'on a un scénario tout à fait favorable. On osait plus y croire il y a encore un mois et demi" a ajouté Laurent Panigaï.

Laurent Panigaï, directeur général adjoint de la coopérative Nicolas Feuillatte