Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les forces de police déployées dans les rues de Strasbourg, le 11 décembre 2018

Attaque à Strasbourg : au moins trois morts, le tireur en fuite identifié et activement recherché

Agriculture – Pêche

Vendanges : le gel et la grêle vont amputer la récolte sur le plateau de Gergovie

vendredi 1 septembre 2017 à 18:11 Par Eric Le Bihan, France Bleu Pays d'Auvergne

C'est une sorte de série noire pour Gilles Persilier, vigneron bio installé à la Roche Blanche dans le Puy-de-Dôme. Ses vignes ont été touchées par la grêle à quatre reprises lors des six dernières années. A deux semaines des vendanges, la cuvée 2017 s'annonce quantitativement petite.

La météo n'a pas été clémente par le vignoble puydômois (Corent)
La météo n'a pas été clémente par le vignoble puydômois (Corent) © Radio France - Emmanuel Moreau

Auvergne, La Roche-Blanche, France

Certains auraient imploré le ciel ou insulté Toutatis sur le plateau de Gergovie, mais Gilles Persilier n'est pas du genre à se plaindre. Pas le temps de se lamenter, il faut faire tourner la société, contre vents et marées. Ou plutôt contre gel et grêle. La cuvée 2017 s'annonçait pourtant belle et précoce. Mais la météo est passée par là. Un épisode de gel tardif en avril, puis un gros orage de grêle le 8 juillet et patatras. Installé à la Roche Blanche, Gilles Persilier possède dix hectares de vignes (dont neuf en production) sur le versant-est du plateau. A la Roche Blanche donc, mais aussi à Pérignat-lès-Sarliève, au Crest, à Veyre-Monton et à La Sauvetat (sous l'appellation Corent pour les deux dernières parcelles).

Baisse de 70% de la production

Les caprices du ciel auront fatalement des conséquences sur sa récolte et donc sur son chiffre d'affaires. L'an dernier, le vigneron bio avait produit 280 hectolitres. Cette année, il espère tout au plus approcher la centaine d'hectolitres. Soit une baisse de production qui pourrait flirter avec les 70%. Paradoxalement, la météo ne devrait pas avoir d'impacts négatifs sur la qualité du vin. "le gel a exclusivement touché la quantité. A ce moment-là, on avait des inflorescences (c'est le raisin avant qu'il soit fécondé) le gel a brûlé des bourgeons qui étaient fructifères.... Quant à la grêle, elle est arrivée assez tôt dans l'été. "le grains de raisin n'avaient pas encore changé de couleur... Ils étaient très très durs... On n'a pas eu de maladie du tout... Le peu de raisins qui sont passés au travers seront bons".

Vendanges d'ici deux semaines

Un vin de bonne qualité donc, mais il n''empêche que la baisse de la maigre production va se faire sentir dans les caisses. Ça tombe vraiment mal puisque le viticulteur puydômois a récemment investi dans un nouveau bâtiment à La Roche Blanche. Hors de question pour autant d'augmenter le prix des bouteilles. Ses fidèles clients lui en voudraient. Gilles Persilier commencera ses vendanges d'ici deux semaines... Si la météo le permet.