Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vendée : les moules de la baie de l’Aiguillon arrivent dans nos assiettes

-
Par , France Bleu Loire Océan

Les producteurs de moules de la baie de l’Aiguillon ont le sourire. La saison, qui est juste en train de commencer, s’annonce bien, avec un taux de mortalité plus faible que ces dernières années. Il y a une cinquantaine d’entreprises, à la fois en Vendée et en Charente-Maritime.

Illustration
Illustration © Radio France - Lou Marguerite

Ca fait partie des bonnes nouvelles du printemps : les moules reviennent et en plus, cette année, elles arrivent en même temps que la réouverture des restaurants. Vous avouerez qu'un plat de moules-frites à une terrasse, c'est quand même bien agréable !  En baie de l'Aiguillon, à cheval sur la Vendée et la Charente-Maritime, il y a une cinquantaine de mytiliculteurs. Ils produisent 8.000 à 10.000 tonnes par an, ce qui les place en 3° position en France, derrière la Normandie et la Bretagne. 

Le port du Pavé, à Charron
Le port du Pavé, à Charron © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Les premières moules de cordes commencent tout juste à arriver. Dans un mois, ce sera les moules de bouchots, réputées meilleures.   Autant dire que les producteurs sont en plein travail, et pour eux, cette période de l'année est toujours tendue, même si ils ont le sourire. Le gros point d'interrogation, c'est la mortalité des moules. Même si, cette année, elle est faible, de l'ordre de 10%, il faut attendre encore deux à trois semaines pour être vraiment fixé. La pollution, le dinophysis,  les aléas climatiques ou des maladies inexpliquées peuvent créer des dégâts, comme cela a été le cas ces dernières année. 

Vincent Gautier, mytiliculteur, à bord de son bateau
Vincent Gautier, mytiliculteur, à bord de son bateau © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Mais pour l'instant, les indicateurs sont au beau fixe, dit Vincent Gautier, un mytiliculteur de la baie de l'Aiguillon : « depuis 2014, on a subi des mortalités, plus ou moins fortes suivant les années. Là, ça se passe pas mal. Il y a possibilité de faire une année avec un volume intéressant ». 

Voilà la saison lancée. Le gros de la production devrait arriver dans le courant de la semaine prochaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess