Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Vente de beurre des agriculteurs pour dénoncer le "mensonge" de la pénurie

vendredi 3 novembre 2017 à 20:36 Par Jean-Baptiste Menanteau, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Comme dans toute la Normandie, une demi-douzaine d’agriculteurs de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs se sont retrouvé devant l’hypermarché d’Argentan vendredi matin. Objectif : vendre des tablettes de beurre pour dénoncer l’intox de la pénurie organisée d'après eux par la grande distribution.

Les agriculteurs de la FDSEA ont organisé une vente de beurre devant l'hypermarché d'Argentan.
Les agriculteurs de la FDSEA ont organisé une vente de beurre devant l'hypermarché d'Argentan. © Radio France - Marc van Torhoudt

Argentan, France

« C’est de l’intox ». Marc Gégu, éleveur ornais secrétaire général de la Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles de l’Orne, est catégorique : « il n’y a pas de pénurie de beurre. C’est ce que les grands distributeurs essaient de faire croire aux consommateurs, mais c’est faux. »

Avec lui, et comme ailleurs dans l'Orne, devant le centre Leclerc de Flers, et le Carrefour d'Alençon, une demi-douzaine d’éleveurs et de membres de la FDSEA et du syndicat Jeunes Agriculteurs. Au programme vente de beurre et distribution de tracts aux clients de l’hypermarché. « On veut bien faire comprendre aux gens que ce n’est pas à cause des éleveurs mais des grandes enseignes qu’il n’y a plus de beurre. », explique Marc Gégu.

Dans les rayons frais du supermarché, les plaquettes de beurre se font rares. Là où elles devraient se trouver, un message de la direction annonçant une « pénurie de matières premières » - autrement dit, de lait et de matières grasses.

Les rayons des supermarchés sont en partie vidés. - Radio France
Les rayons des supermarchés sont en partie vidés. © Radio France - Marc van Torhoudt

« Il y a toujours du lait, conteste Anne-Laurence Fleury, éleveuse près d’Argentan. La production a même légèrement augmenté ces derniers temps. » A ceux qui se demandent pourquoi les éleveurs n’augmentent pas la production de lait, elle répond : « Surtout pas ! Pour faire du beurre, les industriels ne prélèvent que la matière grasse, qui ne représente que 5% de la masse du lait. Le reste est transformé en poudre de lait. Le marché en est saturé, ce qui fait que nos revenus sont déjà très bas. Augmenter la production de lait ne ferait que saturer plus les marchés, et encore réduire nos revenus. »

En cause, selon les agriculteurs : les négociations entre la grande distribution et ses fournisseurs. Ceux-ci demandent une revalorisation du prix d’achat du beurre, pour suivre les cours des marchés. Ce que les distributeurs refusent : ils veulent continuer de se fournir aux tarifs négociés dans les contrats annuels (chaque année, grandes enseignes et industriels chargés de la transformation des produits négocient les prix de fournitures de produits dans les grandes surfaces ; ces tarifs sont fixés pour toute l’année). Les industriels préfèrent donc exporter le beurre, le marché extérieur proposant des prix plus rentables pour eux.