Agriculture – Pêche

Vente directe : un moyen d'éviter la crise agricole

Par Hugo Flotat-Talon, France Bleu Besançon dimanche 24 janvier 2016 à 6:22

Le magasin attire 1500 clients par semaine
Le magasin attire 1500 clients par semaine © Radio France - Hugo Flotat-Talon

A Châtillon-le-Duc, à coté de Besançon, une vingtaine de producteurs vendent leurs produits en vente directe depuis 15 ans. Les clients sont tellement nombreux que les agriculteurs ont ouvert un nouveau magasin plus grand il y a quelques mois.

"Au minimum on est à 1500 clients par semaine. Et ça peut monter beaucoup plus haut". Dans le magasin "Les saveurs de la ferme" qui fait face au collège Claude-Girard à Châtillon-le-Duc, Stéphane Labourey n'arrête pas une seconde. Ce producteur de porcs de Serre-les-Moulières entre Sain-Vit et Dole dans le Jura écoule dix porcs par semaine dans le magasin qui regroupe une vingtaine de producteurs. "J'écoule toute ma production ici. Quatre salariés travaillent sur l'exploitation que je gère avec ma femme"

Stéphane Labourey producteur de porcs :"On est pas soumis aux allés du marché."

En novembre dernier, le magasin qui existe depuis 15 ans a du déménager dans de plus gros locaux, pour faire face à l'afflux de clients. 

"On vient avant tout pour la qualité"

Dans les rayons les prix des produits ne sont pas forcément plus élevés que ceux pratiqués en grande surface. 8€ le pot de miel de 500g, 1,10€ le kilo de Farine, 14,90€ le poulet désossé et farci ou 1,60€ le kilo de pommes. Tous les produits viennent de fermes franc-comtoises. "On ne peut pas rivaliser avec les promos de la grande distribution, mais on tente de jouer sur le rapport qualité-prix", explique Stéphane Labourey. "On vient avant tout pour la qualité des produits. Le fromage d'ici n'a rien de comparable avec celui de grande surface", confie Florent, un sac rempli de viande, légumes et fromage à la main. 

Un lien avec les producteurs

Le second argument mis en avant par les clients et celui de la proximité. "La viande est très bonne, fraîche, on sait d'où elle vient et on fait travailler des producteurs locaux, c'est formidable", s'enthousiasme Marie Claude Girardo à la caisse. "C'est agréable de voir ses clients et d'échanger", sourit Laurent Rivey, apiculteur à Vantoux et Longevelle qui écoule près de 100 kilos de miel par mois au magasin. "Souvent j'ai même des coups de fils, des gens qui posent des questions par rapport au miel. Un jour j'ai même un touriste mexicain qui est venu me voir à la maison après avoir acheté un pot ici. !

es photos du producteur sont affichées au dessus des pommes haut-saônoises. - Radio France
es photos du producteur sont affichées au dessus des pommes haut-saônoises. © Radio France - Hugo Flotat-Talon


Depuis son ouverture le magasin ne cesse de grandir. Une quarantaine de producteurs vit aujourd'hui grâce aux ventes réalisées ici. "Mon fils à pu s'installer sur la ferme familiale avec mon épouse et moi grâce à la vente directe",  raconte Didier Humbert, producteur de lait de Bougnon à coté de Vesoul avant de repartir servir du Comté à un client. Bientôt il pourra lui proposer du gruyère : "On va en fabriquer, les gens nous en demandent tous les jours", sourit l'agriculteur.