Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDEO. 4 sites pétroliers bloqués en Ile-de-France par les agriculteurs

lundi 11 juin 2018 à 11:47 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris

Les agriculteurs, opposés à l'importation d'huile de palme, bloquent depuis ce lundi matin 4 sites pétroliers en Île-de-France. Ils demandent au gouvernement d'arrêter d'importer des produits agricoles (comme l'huile de palme) qui ne respectent pas les mêmes normes qu'en France.

Blocage des agriculteurs du site pétrolier de Grigny (Essonne)
Blocage des agriculteurs du site pétrolier de Grigny (Essonne) © Radio France - Valentin Dunate

Grigny, France

Du fumier et des pommes de terres ont été déversés ce lundi matin devant les 4 sites pétroliers d'Ile-de-France par les agriculteurs qui ont décidé de bloquer l'accès "le temps qu'il faudra". Sont concernés : la raffinerie de Grande-Sainte en Seine-et-Marne ainsi que trois dépôts de carburants, à Coignères (Yvelines) , Gennevilliers (Haut-de-Seine) et Grigny (Essonne).  Selon les syndicats, c'est près de 400 agriculteurs qui sont mobilisés et se relaient à tour de rôle. Les agriculteurs ont également déversé du fumier devant une station essence "Total" de Ris-Orangis (à côté de Grigny).  

On restera le temps qu'il faudra" - FNSEA

Ils entendent rester "le temps qu'il faudra". "L'organisation est faite pour durer" car "le dialogue est rompu" explique Damien Greffin, président de la FRSEA d'Ile-de-France, devant le dépôt de Grigny (Essonne). Stéphane Travers a en effet annoncé ce matin que le gouvernement ne reviendrait pas sur sa décision qui a provoqué la colère des agriculteurs et des associations environnementales : le 16 mai dernier, le gouvernement a donné son feu vert à Total pour importer de l'huile de palme afin de produire un bio-carburant.  

On importe en tout impunité de l'huile de palme qui va détruire des milliers d'hectares de forêt" - Jeunes Agriculteurs 

Au delà de "Total" et de l'huile de palme, les agriculteurs entendent peser sur le débat actuellement au Sénat concernant la loi Alimentation et Agriculture. Ils souhaitent qu'un amendement soit voté pour arrêter d'importer ou taxer les produits agricoles qui ne respectent pas les mêmes normes qu'en France.  Frédéric Arnoult est président des Jeunes Agriculteurs : "Aujourd’hui, en France, on a des filières de colza pour faire du bio-carburant et on ne comprends pas pourquoi, nous, on nous demande de produire en respectant la biodiversité, l'environnement alors que de l'autre côté, on importe en tout impunité de l'huile de palme où on va détruire des milliers d'hectares de forêt. Il y a donc deux discours qui sont totalement antagonistes".