Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDEO - À bord d'une moissonneuse-batteuse avec des agriculteurs berrichons

-
Par , France Bleu Berry

En France, une centaine d'agriculteurs proposent à qui le veut de monter à bord d'une moissonneuse-batteuse pour découvrir l'envers du décor. Une façon aussi de resserrer les liens entre les producteurs et les consommateurs.

Dans l'Indre, deux agriculteurs de Diors et Neuvy-Pailloux proposent de monter à bord de leur moissonneuse-batteuse
Dans l'Indre, deux agriculteurs de Diors et Neuvy-Pailloux proposent de monter à bord de leur moissonneuse-batteuse © Radio France - Jérôme Collin

Diors, France

C'est une période capitale pour les agriculteurs : les moissons. Un travail de longue haleine qui va bientôt prendre fin. Les vacances seront bien méritées ensuite pour les plus chanceux. "En ce moment, on commence vers 6 heures du matin et on termine pas avant 22 heures", explique d'emblée François Devillières, agriculteur à Neuvy-Pailloux. Il est associé avec François Moreau, agriculteur à Diors.

Un lien entre le producteur et le consommateur

Les deux hommes ne comptent donc pas leurs heures. En plus, ils ouvrent les portes de leur moissonneuse-batteuse au public. Mais c'est pour la bonne cause. "Ça nous permet de faire comprendre notre métier, d'expliquer ce qu'on fait. Ça rapproche le consommateur du producteur", se félicite François Moreau.

Les mêmes questions reviennent souvent. Quelques inquiétudes aussi, notamment concernant l'utilisation de pesticides. "Il y a un peu tout et n'importe quoi aujourd'hui sur les réseaux sociaux. Là, au moins, on peut discuter", précisent les agriculteurs.