Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : L214 milite pour le bien-être des animaux d'élevage avec ses vidéos chocs

Vidéo de L214 : le député LR Nicolas Forissier demande "un plan d'urgence" pour former les abatteurs

dimanche 4 novembre 2018 à 17:39 Par Aurore Richard, France Bleu Berry

Depuis ce samedi 3 novembre, le préfet de l'Indre a suspendu temporairement l'activité de l'abattoir du Boischaut, dans l'Indre, à la demande du ministre de l'Agriculture. Une vidéo publiée par l'association L214 épingle les méthodes utilisées pour mettre fin à la vie des bêtes sur ce site.

Les services de l'Etat avait attribué la mauvaise note de "D" à l'abattoir du Boischaut en 2016.
Les services de l'Etat avait attribué la mauvaise note de "D" à l'abattoir du Boischaut en 2016. © Radio France - Aurore Richard

Indre, France

Le préfet de l'Indre a pris la décision, ce samedi 3 novembre, de suspendre temporairement l'activité de l'abattoir du Boischaut, près de La Châtre. Le ministre de l'Agriculture a lui-même ordonné cette suspension tout en condamnant "des actes intolérables" sur Twitter.  Le gestionnaire du site, le président de la communauté de communes Pays de La Châtre Sainte-Sévère condamne lui-même ces violences, tout comme les méthodes utilisées par l'association L214.  

"Nous sommes en pleine restructuration au niveau de la direction comme des méthodes", justifie François Daugeron, le président de la communauté de communes de La Châtre. Le directeur est en effet en arrêt maladie depuis un mois. "C'est un outil compliqué à gérer parce qu'on y abat plusieurs espèces", précise-t-il également. 

Selon François Daugeron, des efforts ont pourtant été faits suite à l'inspection des services de l'Etat en 2016 qui avait décelé des dysfonctionnements : "_On a fait des travaux très importants, plus d'_1,6 millions d'euros qui ont été impulsés de façon à avoir un outil qui soit pleinement aux normes". 

Nicolas Forissier demande le soutien de l'Etat

"Pourtant, nous avons un grand travail à faire, notamment sur la formation des abatteurs à respecter les protocoles. On voit bien sur ces images qu'il y a un manquement", reconnaît le président de la communauté de communes de La Châtre. 

C'est justement ce que demande le député Les Républicains de l'Indre, Nicolas Forissier. "Il faut _un plan d'urgence de formation intense du personnel des abattoirs_, avec le soutien de l'Etat", préconise-t-il. Un soutien financier, moral et technique, selon le député. 

"Je me méfie des fermetures provisoires. Provisoire est souvent quelque chose qui dure. Il est hors de question qu'il en soit ainsi sur l'établissement de La Châtre [...] qui est extrêmement important pour la filière élevage", poursuit-il. L'abattoir municipal du Boischaut est l'un des plus grands de la région Centre-Val de Loire. Selon L214, chaque année, 17 000 bovins, caprins, ovins et cochons y sont abattus.